/lifestyle/food
Navigation

Dans la cuisine avec Danièle Henkel: l'intuition aux fourneaux

CASA 1114 Dans la cuisine avec Danièle Henkel
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Avec plus de 100 000 exemplaires vendus de Quand l’intuition trace la route, maintenant offert en version audio et diffusé par Vues et Voix sur toutes les grandes plateformes de distribution numérique, Danièle Henkel raconte avec vérité et douceur son histoire qui s’écoute comme un roman. Elle souhaite partager un message universel : croire en soi et savoir puiser au plus profond de son être les solutions du chemin de sa vie. À ses yeux, tout est possible et l’être humain est fort et résilient. Son énergie positive, Danièle Henkel la met en œuvre aussi dans sa cuisine puisque, dit-elle, avec de petites choses, on peut faire de grandes réalisations culinaires. L’amour de faire plaisir à ceux que l’on aime est, pour elle, la clé du bonheur. 

Questionnaire gourmand

Quand l’intuition trace la route est le titre de votre nouveau projet, avez-vous de l’intuition en cuisine et pour préparer des recettes ? 

Oui, mais contrôlée ! L’instinct surtout de prendre le temps nécessaire pour se recentrer sur les moments importants de la vie, parler et écouter, pour bien aider. Se réunir à table avec ceux qu’on aime, c’est tellement précieux.

La vie doit continuer, alors le matin pour bien commencer la journée, thé ou café ? 

Café. Café espresso longo le matin. Espresso après le repas du midi. Et tisane le reste de la journée.

Faites-vous des crêpes, des œufs, des smoothies... ?

Crêpes, œufs, parfois des smoothies, pas souvent car c’est bruyant le matin et je ne veux pas réveiller mon chéri... 

La routine du matin de Danièle Henkel
Photo Adobe Stock
La routine du matin de Danièle Henkel

Avez-vous retrouvé le plaisir de faire à manger en cette période ?

J’ai toujours eu du plaisir à cuisiner... c’est très culturel de faire la popote pour la famille. En revanche, durant le confinement, j’ai tenté de nouvelles recettes. L’avocat aux petites crevettes roses du Québec, c’est un délice.

Durant le confinement, Danièle Henkel s’est essayée à de nouvelles recettes.
Photo Adobe Stock
Durant le confinement, Danièle Henkel s’est essayée à de nouvelles recettes.

La chose qui serait le plus difficile pour vous de ne plus avoir dans votre frigo ou votre garde-manger ? 

Des fruits. J’adore manger des fruits, c’est impératif pour moi.

Pain tranché ou baguette du boulanger ou pain maison ?

Sans hésitation, pain tranché, lin, quinoa et, à l’occasion, une bonne baguette de chez Joe, au Marché Jean-Talon.

Fromage ou dessert ? 

Fromage. J’adore les fromages de chèvre et de brebis du Québec. Le brebis particulièrement, c’est plus doux que l’on pense et c’est merveilleux avec de nombreuses recettes et préparations culinaires.

Le fromage de brebis est de loin son préféré
Photo Adobe Stock
Le fromage de brebis est de loin son préféré

Viande ou poisson ? 

Poisson. Morue noire, petites crevettes roses, espadon, saumon bio sauvage. Le merlan que j’achète chez Adonis. 

Caramel ou chocolat ? 

Ni l’un ni l’autre. Je n’ai pas du tout la dent sucrée.

Gâteau, biscuit ou fromage ?

Fromage. Je suis une amoureuse du fromage et j’adore acheter chez des petits producteurs, comme ceux qui sont au Marché Jean-Talon, on sent vraiment une proximité entre l’artisan et le consommateur, c’est formidable.

Bière ou vin ? 

Vin, mais avec modération.

Blanc ou rouge ?

Rouge, principalement de France, mais aussi d’Italie et dernièrement, du Portugal, c’est une belle découverte.

Présentez-moi votre accessoire de cuisine fétiche et la raison pour laquelle vous l’avez choisi. 

Sans aucun doute, le wok ! Pour la rapidité et la simplicité, c’est tellement pratique, surtout quand tu arrives tard à la maison et que tu ne veux pas ensuite faire beaucoup de vaisselle !

Avez-vous une recette chouchoute ?

Un plat que l’on mange en entrée, communément appelé « salade cuite ». Ce sont des poivrons rouges grillés. 

Mes enfants adorent quand je la leur fais. Je les grille entiers au four et je les mets ensuite dans un sac Ziploc pour les brasser et enlever facilement la peau. Puis, je les fais cuire en lanières, ensuite dans la poêle, tout doucement, avec différents aromates, cumin, poivre, ail... c’est un pur délice.

Racontez-moi la réalisation culinaire dont vous êtes la plus fière. 

La dinde farcie à Noël. Au début, je ne savais pas la faire, maintenant tout le monde attend avec impatience ma dinde.

La dinde farcie de Noël est toutefois sa spécialité.
Photo Adobe Stock
La dinde farcie de Noël est toutefois sa spécialité.

Vous est-il déjà arrivé de servir un plat complètement raté ? 

Durant le confinement, j’ai essayé de faire du pain. J’ai complètement raté la recette. Ça faisait tellement longtemps que je n’en avais pas fait...

Qu’est-ce que qui vous manque le plus, aller au restaurant, déguster leurs créations culinaires... ? 

Aller au restaurant. Car pour moi, c’est un moment de partage, de joie, de découverte culinaire et surtout de rassemblement. C’est un moment de pause où l’on apprécie la cuisine savoureuse des chefs.

Votre meilleure expérience culinaire à vie ? 

L’Atelier de Joël Robuchon. C’était toute une expérience culinaire.

Ça sentait quoi chez vous, dans la cuisine, lorsque vous étiez petite ? 

Les épices, la menthe, l’eau de rose et de fleur d’oranger. Des souvenirs olfactifs et de saveurs délicates en bouche.

Profitez-vous de cette période pour refaire des recettes d’enfance ?

Oui, j’ai fait entre autres le fameux gigot à l’ail et au persil. 

Les chouchous

Produits culinaires chouchous ?

Cœurs d’artichaut, thym, basilic, paprika, curcuma, cumin, herbes de Provence. 

Recette fétiche ?

Le poulet aux olives. Les olives en premier, la Méditerranée, cela me rappelle ma jeunesse, et c’est économique, c’est un plat savoureux qui est facile à faire et qui enchante toujours les invités.

De quoi ne pouvez-vous pas vous passer en cuisine ?

L’huile d’olive, inévitable !

Un coup de cœur culinaire ?

Le foie poêlé, s’il est cuit comme il se doit, c’est délicieux.

Gourmandise coupable ?

Fromage. Je vous ai dit que j’adore le fromage !

Votre style de cuisine préférée ?

Méditerranéenne, mais je suis curieuse, alors je me laisse porter par la découverte, surtout lorsque c’est fait avec amour.

Avez-vous une suggestion pour aider l’industrie des métiers de bouche au Québec, comment pouvons-nous les aider ?

L’industrie doit se rassembler et utiliser tous les moyens de communication à sa disposition pour faire connaître ses produits. Par exemple, à travers les chambres de commerce, associations, dégustations...