/sports/racing
Navigation

Marathons: Guillaume Rioux relève son défi trois fois plutôt qu’une

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Après trois marathons entre mai et octobre, Guillaume Rioux n’a pas rangé ses espadrilles. Sur la photo, il court lors d’une sortie sur l’anneau des Plaines d’Abraham, jeudi.

Coup d'oeil sur cet article

Initié à la course à pied à l’automne 2019, Guillaume Rioux a profité du confinement et de l’annulation de la saison de football pour développer une nouvelle passion et s’amener à un autre niveau en complétant trois marathons.

L’entraîneur des receveurs et préparateur physique du Rouge et Or de l’Université Laval a eu le coup de foudre pour la course à pied lors du confinement de mars. « Il s’agissait de la seule activité qui restait, et j’ai vraiment pris goût à courir sur une base quotidienne, a-t-il raconté. Je faisais aussi du vélo et cela a permis de varier mon entraînement. Je me suis lancé des défis. »

Après un premier triathlon en 2018 où il avait appris à nager seulement quelques semaines avant de prendre le départ afin de mener à terme son projet, Rioux voulait adopter un sport d’endurance. « La natation ne m’intéresse pas, je continue de faire du vélo, mais la course à pied m’a vraiment fait triper, a-t-il résumé. Dès février, je me suis lancé le défi de participer à un premier marathon et je me suis inscrit à celui d’Ottawa prévu en avril. Il a été annulé comme toutes les autres courses. J’ai décidé que j’allais relever le défi quand même. »

Comptant sur la collaboration de Charles Castonguay, lui-même coureur et préparateur physique à Excellence Sportive Québec-Lévis (ESQL) pour les athlètes d’endurance, Rioux a décidé de faire son premier marathon en mai. « Charles a été une bonne ressource. On pouvait courir ensemble puisqu’on habite tout près l’un de l’autre. Ce fut un grand apprentissage et j’ai manqué de volume. J’ai été ennuyé par des crampes à partir du 37e kilomètre et j’ai terminé en joggant pas vite et en marchant. J’avais un objectif ambitieux de briser la marque du trois heures et je l’ai raté. À partir de ce moment, j’ai appris à respecter la distance et la difficulté de l’épreuve. »

Après un ultra trail de 50 kilomètres en juillet, encore une fois avec Castonguay, Rioux s’est attaqué à son deuxième marathon à la fin août avec le même objectif en tête. Seul, il a utilisé l’anneau des Plaines d’Abraham afin de pouvoir se ravitailler lui-même. « J’ai retranché 15 minutes à mon objectif avec un chrono de 2 h 44 min 56 s, a-t-il souligné. J’ai misé sur un rythme prudent et accéléré la cadence à la fin. Quand j’ai terminé, je me suis dit que j’aurais pu réussir un meilleur temps. Ça devait être mon dernier de la saison, mais l’annulation de la saison de football a changé mes plans. Je me suis lancé le défi d’en courir un dernier le 29 octobre et de briser mon record personnel. »

Il frappe le mur

Parti de Valcartier à un très bon rythme, Rioux a peiné à terminer. « Sur le plan mental et physique, ce fut l’épreuve la plus difficile de ma vie, a-t-il avoué. J’ai frappé le mur au 32e kilomètre. De ne pas être capable de garder le rythme était une chose, mais il n’était pas question que j’abandonne même si je devais terminer en rampant. Je suis quand même fier de ma performance parce que j’ai retranché deux minutes à mon meilleur temps. C’est loin d’être un échec. »

« J’ai découvert une passion et j’ai l’intention de continuer de courir cet hiver, poursuit l’ancien receveur du Rouge et Or. La course à pied va faire partie de ma vie pour longtemps. Je veux participer au marathon d’Ottawa l’an prochain, mais j’ai découvert que ça peut être aussi intéressant de le faire seul. À seulement 30 ans, alors que tu atteins ton maximum entre 40 et 45 ans dans les sports d’endurance, j’ai encore le temps de progresser. »

Comme préparateur physique, Rioux a l’habitude de pousser les joueurs. Ses réalisations enverront-elles un message supplémentaire à ses ouailles ? « Ce n’est pas la raison pour laquelle je l’ai fait, a-t-il assuré, mais je vais être assez crédible quand je vais pousser les gars à se dépasser. Ça va être une valeur ajoutée. »