/news/politics
Navigation

Le scénario de 10 000 cas de COVID-19 par jour est un «wake-up call», dit Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Il pourrait y avoir plus de 10 000 cas de COVID-19 chaque jour au Canada dès le début décembre, si le virus continue de se propager à la vitesse actuelle et cette possibilité doit lancer un signal d’alarme incitant à redoubler d'efforts, estime le premier ministre Justin Trudeau. 

• À lire aussi: COVID-19 au Québec: 1301 nouveaux cas et 30 décès supplémentaires

• À lire aussi: COVID-19: le Canada est à un «point de bascule», selon l’association des médecins du Canada

«Cela devrait servir de wake-up call» a-t-il lancé vendredi en conférence de presse. L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, venait d’indiquer que d’aussi lourds bilans quotidiens sont à nos portes si la tendance se maintient, ce qui laisse présager le pire pour les festivités de Noël.

M. Trudeau a de nouveau invité les municipalités et les provinces à maintenir des restrictions sanitaires rigoureuses, même s’il s’est dit encouragé par sa discussion hebdomadaire, la veille, avec ses homologues provinciaux.

«Beaucoup de provinces ont souligné des mesures additionnelles qui sont en train d’être amenées. C’est un très bon signe. Mais [...] je vais être satisfait et on va tous l’être quand on verra les cas de la COVID-19 diminuer», a-t-il ajouté en promettant qu’Ottawa leur apportera plus de soutien.

Le premier ministre fédéral a toutefois souligné que les ressources de son gouvernement ne sont pas sans limites, plaidant la nécessité d’agir maintenant pour éviter à avoir à faire des «choix difficiles» plus tard.

M. Trudeau annonçait, vendredi, un investissement supplémentaire de 1,5 G$ pour aider les employeurs avec la formation et le soutien de leurs travailleurs, dont 303 M$ pour le Québec. Cela s'ajoute aux 3,4 G$ déjà prévus dans les ententes 2020-2021 avec les provinces sur le développement de la main-d'œuvre.

«Cet investissement aidera les Canadiens des groupes sous-représentés et ceux des secteurs qui ont été les plus durement touchés par la pandémie, dont la construction, les transports et l'hôtellerie, à accéder rapidement à des services d’aide pour réintégrer le marché du travail», détaille-t-on dans le communiqué de l'annonce.