/news/coronavirus
Navigation

Ottawa prépare des unités de santé mobiles pour pallier des débordements

Archives
MAXIME DELAND/AGENCE QMI Archives

Coup d'oeil sur cet article

Le fédéral s’apprête à tester des hôpitaux mobiles en Ontario afin de pouvoir pallier d’éventuels débordements des systèmes de santé provinciaux en raison de la COVID-19.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: Le scénario de 10 000 cas de COVID-19 par jour est un «wake-up call», dit Trudeau

Ottawa a prévu la construction d’un maximum de 10 unités de soins respiratoires, en avril, en octroyant d’urgence et sans appel d’offres deux contrats d’une valeur maximale de 300 M$.

Environ sept mois plus tard, aucune province ni aucun territoire n’a demandé à recevoir l’un de ces hôpitaux mobiles conçus par la coentreprise SNC-Lavalin PAE et la firme britanno-colombienne Weatherhaven Global Resources.

Or, les bilans quotidiens de COVID-19 s’aggravent un peu partout au pays, et les projections dévoilées par l’Ontario cette semaine signalent que les hôpitaux de la province pourraient bientôt être engorgés.

«Dans les semaines à venir, nous allons effectuer un essai de l’une de ces unités en Ontario pour nous assurer que la structure fonctionne comme prévu. En travaillant avec une équipe de professionnels de la santé, nous testerons divers scénarios hypothétiques pour nous assurer que tout est prêt pour tout déploiement éventuel, dans toute province et tout territoire», a indiqué vendredi une porte-parole du ministère fédéral de l’Approvisionnement, Michèle Larose.

Les simulations, d’une durée d’une semaine, n’impliqueront pas de vrais patients, a-t-elle précisé sans spécifier où exactement, en Ontario, elles auront lieu. L'exercice sera mené en collaboration avec l’équipe de services médicaux d’urgence de l’Ontario et les Forces armées canadiennes, notamment.

Si aucune des 10 unités de santé mobile n’a eu à être livrée jusqu’à maintenant, le fédéral a commandé la construction de deux d’entre elles dans l’optique où un besoin urgent se manifesterait.

Déjà, Ottawa a payé plus de 61 M$ à SNC-Lavalin PAE et Weatherhaven Global Resources, somme qui couvre aussi l'équipement nécessaire à l'intérieur des unités. L'imposant montant de 300 M$ prévu aux deux contrats ne sera pas forcément déboursé en totalité, puisque le fédéral ne payera que pour les tâches effectuées.

Du côté du Québec, on doute avoir besoin des unités de santé mobiles commandées par Ottawa même si on n'en écarte pas la possibilité.

L’attachée de presse du ministre de la Santé Christian Dubé, Marjaurie Côté-Boileau, relève que des installations modulaires ont déjà été prévues pour plusieurs hôpitaux comme celui de Maisonneuve-Rosemont, de St-Mary, de Verdun et du Sacré-Cœur.

«Les modulaires achetés par les établissements sont, dans la grande majorité des cas, des produits québécois et permettent ainsi d’encourager nos entrepreneurs d’ici», a-t-elle souligné.

De son côté, SNC-Lavalin affirme que les installations conçues par sa filiale pourront fonctionner sans problème même si elles sont déployées au plus fort de l'hiver, et ce, «dans les climats les plus rigoureux que l’on trouve dans les communautés nordiques».

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres