/news/transports
Navigation

La date limite pour poser les pneus d'hiver ne sera pas reportée, les garagistes débordés

Les garagistes demandaient de reporter la date limite

(PHOTO DIANE TREMBLAY)
Charlyne Ratté, vice-présidente et c
Photo Diane Tremblay Charlyne Ratté, copropriétaire de Pneus Ratté, s’entretient avec Simon Diop, employé de la succursale du boulevard Hochelaga à Québec où l’activité bat son plein en raison de la pose des pneus d’hiver.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec ne prolongera pas la date limite pour la pose des pneus d’hiver qui est fixée au 1er décembre, comme le demandaient les garagistes, même si bon nombre d’automobilistes risquent de rouler encore sur des pneus d’été au-delà de cette période.

• À lire aussi: Pneus d’hiver : quoi choisir et pourquoi?

«Il n’est pas du tout question de prolonger la date», a affirmé Florence Plourde, attachée de presse du ministre des Transports du Québec, François Bonnardel. 

L’Association des spécialistes de pneu et mécanique du Québec demandait au gouvernement de reporter au 15 décembre la date limite pour l’installation des pneus d’hiver. 

«Il y a eu des discussions, mais il n’y a pas eu d’ouverture de notre part. [...] Ce n’est pas du tout dans les plans de changer la date», a ajouté Mme Plourde. 

«Totalement ridicule»

Pour expliquer cette décision, le ministère estime «qu’il n’y aurait pas tant de retards que cela» dans les garages. D’après une tournée d’une dizaine de garages tant à Montréal qu’à Québec, il s’avère que des automobilistes n’auront pas leurs pneus d’hiver à temps.  

«Dans la prise de rendez-vous, on est rendu au 4 décembre. Je suis déçu de cette décision. Ça aurait été souhaitable que le gouvernement prolonge la date limite», a exprimé Daniel Bélisle, propriétaire de Pneus Papineau, à Montréal.  

Selon le garagiste d’expérience, la région de Montréal pourrait bénéficier de 15 jours de plus. «C’est totalement ridicule de fixer la date limite au 1er décembre à Montréal. Je comprends très bien si tu vis à Québec, au Lac-Saint-Jean ou en Gaspésie, mais dans la région de Montréal, ce n’est pas rare qu’on joue au golf jusqu’à Noël», a réagi Alain Beauchamp, propriétaire de Pneu et Mécanique Saint-Laurent, à Montréal.  

Pandémie

«Il y en a qui vont avoir des tickets parce qu’on ne pourra pas faire tout le monde», a poursuivi pour sa part Mathieu Frérot, propriétaire de Centre de pneus MF, sur le boulevard Saint-Michel, dans la métropole.  

Du côté de Québec, la plupart des garagistes étaient toujours en mesure d’offrir des rendez-vous d’ici la fin du mois de novembre, mais certains avouent être à bout de souffle. «En temps de pandémie, ça nous aurait donné un coup de main d’avoir un prolongement. [...] On roule à 70 % de notre capacité parce que tout prend plus de temps. Cela dit, on a mis les bouchées doubles, mais notre personnel est fatigué. Nos employés font du temps supplémentaire pour s’assurer que tous nos clients soient prêts pour l’hiver le 1er décembre», a affirmé Charlyne Ratté, copropriétaire de Pneus Ratté.