/sports/golf
Navigation

Tournoi des Maîtres: une véritable récompense

Le Masters clôture de belle façon une saison de golf hors de l’ordinaire

GLF-MAJ-SPO-UMG-THE-MASTERS---ROUND-TWO
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

AUGUSTA | Jusqu’à quel point le Tournoi des Maîtres est-il important pour les golfeurs qui y sont invités ? On pourrait être surpris des réponses, surtout en temps de pandémie où la moindre gaffe aurait coûté cher. Très cher, dans tous les sens du terme.

• À lire aussi: Tournoi des Maîtres: une recrue en contrôle

• À lire aussi: Tournoi des Maîtres: plus difficile en deuxième ronde pour Tiger Woods

En cette année pas comme les autres, alors que le calendrier original a été amputé de plusieurs événements et que les championnats majeurs ont été déplacés dans des cases inhabituelles en raison de la pandémie de COVID-19, une participation au Masters se veut une véritable récompense. 

C’est aussi un véritable casse-tête organisationnel pour les pros, pères de famille, qui traînent leur baluchon de ville en ville. Même si le circuit de la PGA a mis en place un strict plan sanitaire, le coronavirus est sournois. Un test positif peut tout faire dérailler. 

Paul Casey a préparé méticuleusement sa visite à Augusta. Pas qu’il ait au préalable enfermé sa petite famille dans la maison, mais il a pris tous les moyens pour éviter que le virus n’entre sous son toit.

  • Écoutez le journaliste François-David Rouleau en direct d'Augusta avec Jean-François Baril dans l'Avantage Numeriq sur QUB Radio:

Aux États-Unis, la pandémie est hors de contrôle depuis des semaines alors que les cas quotidiens atteignent sans cesse de nouveaux sommets. Plus de 170 000 nouveaux cas ont d’ailleurs été dénombrés en 24 heures vendredi.

« Les enfants ne pouvaient pas sortir pour jouer avec leurs amis la semaine dernière. Non, pas de jeu, papa doit aller au Masters la semaine prochaine », a raconté Casey, conscient des sacrifices demandés à Lex et Astaria. 

« Dès que j’ai posé les pieds sur la propriété lundi, j’étais nerveux, a ajouté l’Anglais vivant aux États-Unis. Je n’ai jamais aimé me soumettre au test de dépistage. Je ne sais pas pourquoi j’étais anxieux, car mon protocole n’a pas changé.

« J’étais si excité d’entrer et de jouer dans ce tournoi. C’est vraiment une récompense », a exprimé avec un large sourire celui qui dit éprouver des difficultés à s’adapter à l’absence des spectateurs. À Augusta, la richesse et l’histoire du parcours pallient heureusement cette absence. 

Vie sociale différente

Tiger Woods
Photo AFP
Tiger Woods

Cette semaine, nombreux sont les participants qui ont limité le nombre d’invités pour se plier au protocole sanitaire et éviter les mauvaises surprises. Le champion en titre Tiger Woods figure dans cette liste. Il est uniquement accompagné de sa copine et de son entraîneur. 

Justin Thomas
Photo AFP
Justin Thomas

D’autres ont opté pour une stratégie différente. Justin Thomas contrôle son environnement direct. Il a loué deux maisons à Augusta, l’une pour son équipe (parents, conjointe, chef, cadet, entraîneur) et lui, l’autre pour ses amis et autres membres de sa famille qu’il ne peut côtoyer comme à l’habitude.

« Ils peuvent faire tout ce qu’ils veulent, inviter des gens et s’amuser, mais tout ce que je leur demande, c’est de ne pas endommager la maison. C’est la règle, a-t-il blagué. Je suis plutôt tranquille durant la semaine du Masters. »