/sports/tennis
Navigation

Vasek Pospisil en finale à Sofia

Vasek Pospisil en finale à Sofia
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Vasek Pospisil ne pouvait espérer mieux pour conclure la saison. En effet, le Canadien s’est qualifié pour sa troisième finale en carrière sur le circuit de l’ATP, vendredi, en Bulgarie, en défaisant Richard Gasquet dans le carré d’as du tournoi de Sofia.

Occupant le 74e rang mondial, Pospisil a vaincu le Français, qui est 49e au monde, en trois manches de 6-7 (6), 6-2 et 6-0. La rencontre a duré 1h 54min.

Le Britanno-Colombien a claqué 19 as et a brisé son adversaire à cinq reprises. Pour sa part, Gasquet n’a pas gagné un seul jeu sur le service de Pospisil.

«J’ai eu quelques chances au premier set et je conservais mon service assez facilement, alors j’ai été déçu de perdre la manche. Je sentais que je manquais juste un peu d’énergie, a dit le Canadien en point de presse de l’ATP. J’ai monté l’intensité au deuxième set (...). Aussitôt que j’ai eu le bris, j’ai senti que son énergie diminuait et je suis resté assez constant et agressif par la suite.»

En finale, il croisera le fer avec le jeune Italien Jannik Sinner, 44e au monde, qui a défait le Français Adrian Mannarino, cinquième favori, en demi-finale.

La quête du premier titre

Il s'agira d'une troisième finale pour Pospisil sur le circuit régulier de l'ATP, où il est toujours en quête d’un premier titre en simple. Il avait atteint la ronde ultime à Washington en 2014 et s’était incliné devant son compatriote Milos Raonic. En février dernier, Gael Monfils l’avait vaincu en finale à Montpellier.

«Je veux en profiter, a lancé Pospisil au sujet de la finale de samedi. Jannick est un jeune joueur super talentueux et ce sera un match difficile. Mais si je présente mon meilleur tennis, je vais me donner une chance de gagner.»

«J’irai pour la victoire en jouant de façon agressive et en essayant de saisir les opportunités. Je suis agréablement surpris de finir l’année comme ça.»

Le Britanno-Colombien ne pouvait espérer une meilleure conclusion à cette saison, au cours de laquelle il a effectué un retour sur le circuit après avoir subi une opération au dos.

«C’est fou. J’ai été arrêté pendant huit mois et je ne savais pas si je serais capable de revenir à ce niveau après l’opération. Je reviens et je joue le meilleur tennis de ma carrière. Physiquement, je ne m’étais pas aussi bien senti depuis six ou sept ans. Ça joue un rôle énorme et ça me donne confiance», a-t-il conclu.