/news/politics
Navigation

«Au Québec, ça doit se passer en français», dit Simon Jolin-Barrette

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette, se dit choqué par la prédominance de l’anglais dans les commerces du centre-ville de Montréal.

• À lire aussi: Être servi en anglais, «ça fait dur»

• À lire aussi: Des jeunes se portent à la défense du français

• À lire aussi: Langue: les faux dilemmes

«Je pense que tous les Québécoises et les Québécois ont le droit d’être informés et servis en français, et ça, c’est non négociable», affirme-t-il en entrevue à LCN. 

Selon lui, la province doit être plus insistante pour affirmer la place de la langue française.

«Il y a un message clair que notre société doit donner: au Québec, ça doit se passer en français», défend le ministre Jolin-Barrette. 

  • À VOIR : Le français recule au centre-ville de Montréal

Il martèle d’ailleurs que les Québécois ne doivent pas être gênés de parler français, mais doivent plutôt en être fiers.

«On doit miser sur nos spécificités. Au Québec, on est une société francophone, on est la seule en Amérique du Nord, et il ne faut pas être gêné de parler français. Il ne faut pas être gêné d’avoir cette langue-là comme langue officielle et il faut surtout en être fier», clame-t-il. 

Il parle également de l’importance que l’intégration des immigrants se fasse dans la langue de Molière. 

«Il faut continuer à faire des efforts pour intégrer les personnes immigrantes en français», soutient M. Jolin-Barrette. 

Sensibiliser les plus jeunes    

Le ministre de la Langue française confirme qu’une sensibilisation est nécessaire auprès des générations plus jeunes. 

«Il y a une sensibilisation certaine pour les plus jeunes générations à se préoccuper de l’avenir de notre langue, admet-il. Parce que vous savez, on est dans un environnement qui est mondialisé maintenant. Ça fait partie du décor dans lequel on vit présentement, mais par contre, le fait d’avoir une langue qui nous est propre dans cet univers mondialisé là, ça nous permet de nous démarquer.»

Simon Jolin-Barrette promet de déposer un plan d’action sur la langue française «très prochainement», sans toutefois confirmer de date exacte.