/opinion/columnists
Navigation

Immigration : regard d’experts

Vandalisme
Photo d'archives Une étude objective sur l’intégration des immigrants au Québec… bonne à lire cette semaine.

Coup d'oeil sur cet article

Dans une volonté noble de lutter contre le racisme, certains en viennent à escamoter la réalité de la société où l’on vit. Et à dénigrer le Québec injustement.

Cette semaine, nous avons vu Télé-Québec enseigner le racisme systémique comme s’il s’agissait d’un concept clair et établi. Nous avons regardé Radio-Canada danser le cha‐cha avec un épisode de La Petite Vie à la suite d’une seule plainte. Nous avons assisté à la suite des procédures pour attaquer la Loi sur la laïcité devant le tribunal, parce que celle-ci bafouerait supposément des droits de minorités religieuses.

On pourrait croire que le Québec est à feu et à sang. On pourrait croire que la vie des personnes issues de l’immigration relève d’un calvaire en ces terres hostiles. On pourrait se sentir couverts de honte par le modèle d’intégration des nouveaux arrivants du Québec.

Un regard extérieur

Au cœur de cette « tempête », quelqu’un m’a montré une étude qui porte exactement sur ce sujet : l’intégration des immigrants. Une comparaison entre la France, le Canada anglais et le Québec, non pas du point de vue de la société d’accueil, mais du point de vue de la réussite de l’expérience pour la personne. 

Une étude faite par trois universitaires spécialisés dans le domaine : un de l’Université de Toronto, un de l’Université du Michigan et l’autre d’un institut parisien. Pas de Québécois parmi les auteurs. L’étude fut publiée il y a trois ans dans une revue universitaire spécialisée en immigration.

Les auteurs considèrent que les musulmans sont les immigrants les plus susceptibles de vivre une intégration difficile. Ils ont donc interrogé des milliers d’immigrants musulmans pour évaluer leur expérience sur six critères, dont la discrimination, la peur du racisme, la capacité de se faire des amis hors de sa communauté.

Le Québec 

Vous savez quoi ? Dans les trois sociétés étudiées, où est-ce que les immigrants musulmans rapportent le moins de discrimination ? Au Québec---. Où les immigrants musulmans craignent-ils le moins d’être victimes de racisme ? Au Québec.

Et la donnée la plus intéressante : où est-ce que les immigrants musulmans ont été plus nombreux à se faire un réseau d’amis hors de leur communauté ? Au Québec aussi. Dans ce cas-ci, l’écart est de +13 % par rapport au Canada anglais. 

Évidemment, le portrait n’est pas parfait et il y a de la place pour travailler à l’amélioration. Mais cette étude extérieure, objective et documentée sur des faits déboulonne la campagne de dénigrement de l’approche québécoise basée sur l’interculturalisme et la laïcité.

La conclusion de l’étude : l’intégration sociale des immigrants musulmans est plus positive au Québec.

Ah ! J’allais oublier. Il y a un autre passage dans la conclusion de l’étude qui pourrait vous intéresser. On y mentionne que malgré les croyances dans le multiculturalisme canadien, les expériences d’immigration au Canada ne sont pas si différentes de ce qui se vit aux États-Unis. Tiens donc !