/misc
Navigation

Legault et Labeaume dans le même tramway?

Legault Labeaume
Photo Simon Clark François Legault et Régis Labeaume pourraient-ils convenir d’un projet de transport structurant qui dessert bien les banlieues et qui constituerait une offre pouvant convaincre de délaisser l’auto solo ?

Coup d'oeil sur cet article

Le BAPE ayant recommandé de ne pas autoriser le projet de tramway comme soumis par la ville de Québec, il y avait des raisons de craindre que le gouvernement caquiste procède à son enterrement, sourire aux lèvres. Il y a peu d’amour partagé entre Régis Labeaume et les élus de François Legault. Pourtant, l’espoir subsiste.

• À lire aussi: Les bulletins de la semaine à l'Assemblée nationale

Avant même que le rapport dévastateur des commissaires du Bureau des audiences publiques en environnement ne soit publié, des élus caquistes que j’avais sondés en privé ne mâchaient pas leurs mots à l’endroit du maire de Québec et de sa version tronquée du transport structurant.

«Je ne veux pas être pendu pour avoir embarqué dans un projet tout croche», avait asséné l’un d’eux, qui écorchait Régis Labeaume en ajoutant: «Son temps est fait, on travaillera avec quelqu’un de plus raisonnable.»

«Ici, il n’y a pas grand fan du tramway», m’avait assuré un autre membre du caucus de Québec, en parlant de ses concitoyens.

Une source gouvernementale résumait ainsi leur état d’esprit: «Les députés ne sont pas déconnectés, ils entendent ce que les gens disent et ensuite, c’est difficile de s’unir derrière le projet.»

Pourtant, François Legault tient mordicus à réaliser ses engagements électoraux et un tramway desservant les banlieues en fait partie.

Le temps des discussions

Si le maire Labeaume avait refusé tout compromis à la suite du rapport du BAPE, on se serait retrouvé devant un mur.

Mais le bouillant magistrat ayant accepté d’entreprendre des discussions pour des modifications au tracé, tout est possible.

La desserte du secteur ouest fera l’objet de vifs débats, puisque la ville y tient, alors que selon mes informations, les données préliminaires de l’étude d’achalandage commandées par le gouvernement sont loin d’être convaincantes.

La ville soutient que 4210 nouveaux logements seront construits dans le secteur Legendre d’ici 2030. Pourtant, l’Institut de développement urbain évalue plutôt le possible développement dans ce secteur à 3850 d’ici 2040, si le tramway reliait l’aéroport et que des entreprises de haute technologie s’y installaient, deux conditions qui ne sont pas réunies.

Les caquistes verraient d’un bon œil une possible zone d’innovation dans ce secteur, mais ils maintiennent que la proposition de la ville bat de l’aile et qu’il n’est pas question d’amener un tramway «dans un marécage».

Intégration des projets

Rappelons que, le 26 août dernier, la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, a plaidé pour une «intégration renforcée» du projet de transport structurant à celui du tunnel Québec-Lévis.

Or j’ai vérifié, et, plus de deux mois plus tard, il n’y a pas eu une seule rencontre de travail entre les deux bureaux de projet.

Pour le 3e lien, le ministre Bonnardel a repoussé la divulgation de la «fourchette de prix» qu’il faudra débourser, vu les changements à apporter au projet de transport structurant de la ville et l’importance de l’interconnexion entre les deux.

Une étude réalisée en 2016 évaluait le coût d’un tunnel sous-fluvial à 4 milliards $, mais il est acquis que la facture de l’actuel projet caquiste sera bien plus élevée. Parce qu’en 2016, dans le scénario étudié par le professeur Benoit Massicotte, il n’y avait pas de stations pour les pôles d’emplois comme Desjardins ni une sortie à prévoir dans le secteur du stade Canac, au nord, pour éviter de créer une congestion dans Saint-Roch.

Bref: Régis Labeaume a une prise contre lui avec le rapport du BAPE défavorable, qui le rend plus malléable. Il est toutefois ragaillardi par le résultat d’un sondage prévoyant sa réélection facile s’il se représente.

Il serait bien que les discussions avec le gouvernement ne constituent pas un concours de tir au poignet, et que l’on améliore vraiment le projet...