/world/africa
Navigation

Libye: l’ex-émissaire de l’ONU Ghassan Salamé « optimiste » sur une sortie de crise

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-émissaire de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé, assure n’avoir « jamais été aussi optimiste » quant à la possibilité de voir la fin d’une décennie de violences dans ce pays d’Afrique du Nord. 

Ce diplomate libanais de 69 ans avait démissionné en mars pour raison de santé, après trois ans d’éprouvantes médiations dans ce pays miné par les conflits et les luttes de pouvoir depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. 

« L’architecture conçue à Berlin est enfin mise en application », se réjouit-il, en référence à la conférence tenue dans la capitale allemande en janvier 2020, qui avait dessiné, en présence des dirigeants des principaux pays impliqués, les grandes lignes d’un plan de sortie de crise.

« Cela prendra du temps, il y a les partisans du statu quo qui vont essayer de perturber le processus, il y aura des pays étrangers mécontents, mais je n’ai jamais été aussi optimiste qu’aujourd’hui », a assuré à l’AFP celui qui fut aussi ministre au Liban, lors d’un entretien depuis son domicile parisien.

Tout en tempérant: « une guerre en cours depuis une décennie ne se résout pas en un jour ».

L’échec de l’offensive menée contre Tripoli par le maréchal Haftar, homme fort de l’Est, et repoussée en juin par ses rivaux du Gouvernement d’union nationale (GNA) avec l’appui de la Turquie, a conduit à une impasse militaire.

Des négociations ont alors pu reprendre pour réunifier la Libye, déchirée depuis plusieurs années entre le GNA basé à Tripoli (ouest) et reconnu par l’ONU, et un pouvoir incarné par le maréchal Haftar, soutenu par une partie du Parlement élu.

Élections

Les responsables militaires des deux camps, qui mènent actuellement des échanges directs pour pérenniser un cessez-le-feu officialisé en octobre, ont annoncé jeudi un accord sur le retrait des forces étrangères de la ligne de front. 

Des milliers de mercenaires, notamment africains et syriens, ont participé aux combats en Libye, où sont également implantés des groupes paramilitaires privés comme le russe Wagner et des instructeurs militaires turcs.

Politiquement, un dialogue orchestré par l’ONU entre des délégués de tous bords, initialement prévu en avril 2019 et annulé en raison de l’offensive des forces pro-Haftar, a démarré lundi à Tunis.

Les 75 délégués choisis par l’ONU ont des objectifs ambitieux: ils doivent mettre au point un nouvel exécutif unifié. Vendredi soir, l’ONU a annoncé que les délégués étaient parvenus à un accord prévoyant « des élections nationales » le 24 décembre 2021.

Les conditions permettant des élections « crédibles » peuvent être « réunies d’ici six ou sept mois », avait estimé M. Salamé avant l’annonce de la date du scrutin.

« Il faut une loi, une base constitutionnelle. Et un niveau raisonnable de sécurité et de liberté », a-t-il ajouté. 

Il faudra également, selon M. Salamé, vaincre les fortes réticences de la classe politique, d’autant que de nombreux dirigeants élus en 2012 et 2014 craignent de perdre leur siège en cas de nouveau scrutin.

« Les partisans du statu quo sont très actifs, ils font de l’obstruction », reconnaît M. Salamé.

Contrats

Outre la classe politique, les parrains étrangers de chaque camp pourraient être tentés, selon des observateurs, de saboter un accord ne leur convenant pas, dans un pays où les ingérences sont multiples depuis 2014.

M. Salamé avait très fermement critiqué en juillet l’« hypocrisie » des pays siégeant au Conseil de sécurité de l’ONU, dont la majorité avait soutenu l’offensive militaire de Haftar. Aujourd’hui, il souligne que les puissances impliquées ont aussi à gagner avec la paix.

La Russie, qui soutient Haftar, et la Turquie, directement impliquée auprès des troupes du GNA, attendent notamment de voir honorer « plus de 20 milliards de dollars de contrats » signés sous Kadhafi, rappelle-t-il. Ces contrats concernent des ports, des centrales, du ferroviaire ou la construction d’infrastructures routières.

« Les Libyens sont prêts à honorer ces contrats », souligne M. Salamé: « Leur message c’est "cessez de vous disputer le contrôle de la Libye, votre part du gâteau est garantie" ».

« La plupart des pays étrangers sont intéressés par la Libye - sa position géographique, son rôle comme corridor pour l’émigration illégale, ses richesses en pétrole et en gaz - mais très peu par l’avenir des Libyens », déplore-t-il.