/sports/golf
Navigation

Une clinique signée Dustin Johnson

L’Américain est installé au sommet du tableau principal du Tournoi des Maîtres à l’aube de la ronde finale

Coup d'oeil sur cet article

AUGUSTA | Dustin Johnson est en mission à cette 84e édition du Tournoi des Maîtres. En pleine maîtrise de ses moyens, il a livré une véritable clinique de golf à ses adversaires en troisième ronde, samedi. Si bien qu’il détient une avance de quatre coups à quelques heures de la ronde finale.

• À lire aussi: Des honneurs et un vase de cristal

• À lire aussi: Augusta National: une cathédrale frappée par 2020

• À lire aussi: Tournoi des Maîtres: une véritable récompense

Pour la cinquième fois de sa carrière, il mène un championnat majeur à l’issue de 54 trous. L’Américain de 36 ans n’a toutefois jamais complété la besogne. 

Lors de l’Omnium des États-Unis 2017 à Oakmont, il n’était pas installé dans le siège du conducteur la veille de soulever le trophée. Il lorgne dimanche un deuxième titre du Grand Chelem. 

L’heure de la rédemption a encore sonné.

« Si je parviens à jouer comme je l’ai fait aujourd’hui (samedi), je crois que je pourrais enfin briser cette séquence. Je considère cette ronde finale comme n’importe quelle autre ronde. Je dois offrir du jeu solide et bien cogner la balle. Si je continue à m’offrir des chances d’oiselet, j’aurai une bonne journée de travail. » 

DJ a prouvé samedi qu’il peut les aligner comme il le désire sur le Augusta National. Sans avoir raté une seule allée des tertres, ayant rejoint 16 des 18 verts en coups réguliers et maîtrisant son fer droit, de véritables exploits, il a ramené une carte de 65 (-7), la meilleure de la journée. 

Départ canon

Son dossier cumulatif de 200 coups (-16) après 54 trous lui permet d’entrer dans le livre des records du Masters en rejoignant Jordan Spieth, qui avait fait de même en 2015. Il avait ensuite enfilé le veston vert. 

Johnson a également enregistré un 10e pointage consécutif sous la normale au Masters. Tiger Woods est le seul autre golfeur pouvant se vanter d’y être arrivé de 2000 à 2002. 

En quittant le quatrième fanion samedi, le meilleur golfeur mondial avait déjà retranché quatre coups à la normale, notamment grâce à un aigle au deuxième trou. 

Depuis 221 verges, son coup de fer 5 sur cette normale 5 de 575 verges est tombé à quelques pouces de la coupe. Il a enchaîné avec cinq oiselets sans commettre de gaffe.

« Avec des conditions si tendres, nous pouvons vraiment être agressifs avec tous nos bâtons. Il faut cependant être à l’aise avec les distances à franchir, a expliqué l’homme qui a gagné au moins un tournoi par année depuis 2008, à son arrivée chez les pros. 

« Le parcours est en excellentes conditions avec la pluie tombée en début de semaine. Il est si réceptif. Il faut donc attaquer les fanions, a ajouté l’athlète aux 23 victoires professionnelles, à l’aise dans la position de la proie. 

Cette avance de quatre coups n’est pas insurmontable aux yeux de ses adversaires, mais franchement ardue à rattraper. 

Difficile à rattraper

En 1956, Jack Burke avait orchestré une remontée, en retard de huit coups. Plus récemment, Danny Willett avait effacé un retard de cinq coups avec six trous à jouer en 2016, quand Jordan Spieth lui avait offert la victoire sur un plateau d’argent. 

Abraham Ancer, Sungjae Im et Cameron Smith partagent le second rang à -12. Dylan Fritelli (-11) et Justin Thomas (-10) suivent derrière.

« Nous savons qu’il faut plonger plus profondément dans le rouge que Dustin si nous voulons avoir une chance de gagner, a rappelé Ancer. Ce sera quasi impossible de le rattraper, surtout avec la qualité de son jeu. Ce ne sera pas facile. »


La ronde finale débutera à 7 h 50 en trio, sur deux tertres, en raison de l’horaire des réseaux de télévision américains. Les meneurs prendront le départ à 9 h 30.

Tiger hors course 

À 11 coups du meneur Dustin Johnson, on peut d’ores et déjà affirmer que Tiger Woods délaissera le trône qu’il a occupé le temps record de 19 mois. Il enfilera le veston vert à un nouveau champion, ce dimanche. 

Le Tigre est resté au neutre en troisième ronde, samedi, dans une journée où il a joué la normale (72). Son score cumulatif le place hors du top 20.  

À ses 83 éditions, le Tournoi des Maîtres n’a jamais couronné un champion qui figurait au-delà du 15e rang après 54 trous. En 1959, Art Wall Jr. a surpris le plateau en arrivant du 13e échelon. 

Dans une semaine haute en émotions qui n’est pas passée inaperçue aux yeux des champions de l’époque, Woods passera donc le flambeau. 

« La journée de mardi menant à notre souper était longue et difficile. J’ai essayé de batailler avec férocité pour me placer en bonne position pour demain (dimanche). On verra comment je vais me sentir après ma ronde en me rendant à la cérémonie », a indiqué le golfeur de 44 ans qui avait marqué l’histoire par sa grande victoire en avril 2019.