/sports/racing
Navigation

Grand Prix de Turquie: un champion au... septième ciel!

Hamilton rejoint Schumacher avec panache; frustrante 9e place pour Stroll

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’était qu’une formalité, mais c’est maintenant chose faite. Lewis Hamilton a remporté dimanche un septième championnat du monde pour égaler le record détenu par une autre légende de la F1, Michael Schumacher.

• À lire aussi: «Un énorme accomplissement»

• À lire aussi: Stroll frustré

Deux grands champions à la même tribune. Lewis Hamilton et le légendaire Michael Schumacher avaient répondu aux questions des journalistes à Spa-Francorchamps en août 2010.
Photo d'archives, AFP
Deux grands champions à la même tribune. Lewis Hamilton et le légendaire Michael Schumacher avaient répondu aux questions des journalistes à Spa-Francorchamps en août 2010.

Cet autre titre, un quatrième consécutif, a été conquis avec panache à l’issue de sa victoire, la 94e de sa carrière, au Grand Prix de Turquie.

Une épreuve qui a vu le Québécois Lance Stroll, parti en position de tête, terminer à une frustrante 9e place après avoir mené le peloton jusqu’au 36e tour.  

Fort heureusement, son coéquipier Sergio Pérez a sauvé les meubles pour l’écurie Racing Point en ralliant l’arrivée au deuxième rang devant Sebastian Vettel qui, au volant de sa Ferrari, monte sur le podium pour la première fois de la saison.  

« Ça ne fait que commencer »

 « J’ai rêvé toute ma vie d’aller aussi haut, mais ça me semblait tellement loin à atteindre, a raconté un Hamilton fort ému à sa sortie de voiture. Je me souviens d’avoir regardé Michael gagner ses championnats. Je me disais que c’était inimaginable. »  

Comme il se doit, le champion pilote Lewis Hamilton a eu droit à une douche de confettis et de champagne sur la grande estrade d’honneur.
Photo AFP
Comme il se doit, le champion pilote Lewis Hamilton a eu droit à une douche de confettis et de champagne sur la grande estrade d’honneur.

Si le Britannique de 35 ans a alimenté le doute sur son avenir il y a quelques semaines, il a clairement confirmé ses intentions de poursuivre son aventure fructueuse en F1 après son parcours mémorable à Istanbul. 

 « J’ai l’impression que ça ne fait que commencer, a-t-il déclaré. J’aimerais rester l’an prochain et connaître une meilleure... année. On a fait face à de nombreux défis en 2020 que j’ai craint de ne pouvoir relever.  

 « Tout ce que j’ai vécu n’aurait pas été possible sans la contribution exemplaire de cette écurie [Mercedes] et le dévouement de ses employés. Les mots me manquent pour décrire mes sentiments. J’ai tellement de monde à remercier. »  

Cette septième couronne lui a indéniablement redonné de l’énergie.   

Fier compétiteur et porte-étendard de la F1, Lewis Hamilton avait du mal à contrôler ses émotions après avoir remporté le championnat des pilotes suite à sa solide performance au Grand Prix de Turquie, dimanche.
Photo AFP
Fier compétiteur et porte-étendard de la F1, Lewis Hamilton avait du mal à contrôler ses émotions après avoir remporté le championnat des pilotes suite à sa solide performance au Grand Prix de Turquie, dimanche.

Un seul arrêt

Hamilton avait pourtant été discret depuis le début de la fin de semaine, lui qui n’avait réalisé que le sixième chrono le plus rapide lors de la dernière ronde (Q3) des qualifications la veille.  

 « Je savais que cette course serait compliquée pour moi, a expliqué le septuple champion du monde. Mais j’ai gardé ma concentration tout en ménageant mes pneus jusqu’à la conclusion de la course. »  

Hamilton s’est arrêté une seule fois pendant la course et cette stratégie aura été la bonne. Après son arrêt au puits au 8e tour, il a pris les commandes de la course en doublant Pérez au 37e passage. Il n’a plus été inquiété par la suite.   

Dommage pour Stroll

Le Mexicain, qui n’a lui aussi effectué qu’une seule halte (au 10e tour), a concédé 31 secondes au vainqueur quand le drapeau à damier a été déployé. Il n’y a aucun doute que les deux premiers à l’arrivée ont fait honneur à leur réputation d’être les maîtres dans l’art de préserver la dégradation de leurs pneus.   

Tout s’était pourtant bien passé au départ pour Stroll qui, sur une piste détrempée, a réussi à conserver la tête de la course malgré les conditions défavorables. Si bien qu’après seulement quatre tours, il s’était forgé une avance de six secondes aux dépens de Pérez.  

Après son premier ravitaillement au neuvième tour, pour remplacer ses pneus à pluie par une gomme intermédiaire, Stroll a su maintenir l’écart avec Pérez et même l’accentuer à dix secondes au 13e passage.  

« Une journée terrible »

La situation s’est toutefois gâtée par la suite. Juste avant la mi-course, Stroll s’est plaint, sur les ondes de sa radio, du sous-virage (instabilité du train avant) de sa monoplace. Son avance sur Pérez a fondu à vue d’œil.  

Alors que son partenaire s’est approché à une seconde, Stroll se fait dire de rentrer aux puits pour la deuxième fois. Quoique réticent à cette démarche, il accepte les ordres de son ingénieur.  

« Une journée terrible, a-t-il avoué après l’épreuve. Je n’avais plus de rythme. Mes pneus intermédiaires ont souffert de “graining” [soit une usure prématurée en raison de l’égrènement du composé].  

« Après mon deuxième arrêt, j’ai vécu le même problème », a renchéri Stroll visiblement frustré de terminer à la neuvième place, à plus d’une minute du gagnant, et surtout d’avoir vu son coéquipier Pérez accéder à la tribune d’honneur alors qu’il était derrière lui sur la grille de départ. 

Résultats  

14e ÉTAPE DU CHAMPIONNAT DU MONDE DE F1

  1. Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) | 260,286km en 1h, 42min,19,313 s  
  2. Sergio Pérez (MEX/Racing Point-Mercedes) | à 31,633 s  
  3. Sebastian Vettel (ALL/Ferrari) | à 31,960 s  
  4. Charles Leclerc (MON/Ferrari) | à 33,858  
  5. Carlos Sainz jr (ESP/McLaren-Renault) | à 34,363 s  
  6. Max Verstappen (PB/Red Bull-Honda) | à 44,873 s  
  7. Alexander Albon (THA/Toro Rosso-Honda) | à 46,484s  
  8. Lando Norris (GBR/McLaren-Renault) | à 1 min,01,259 s  
  9. Lance Stroll (CAN/Racing Point-Mercedes) | à 1 min,12,353 s  
  10. Daniel Ricciardo (AUS/Renault) | à 1 min,35,460 s  
  11. Esteban Ocon (FRA/Renault) | à 1 tour  
  12. Daniil Kvyat (RUS/Toro Rosso-Honda) | à 1 tour  
  13. Pierre Gasly (FRA/Red Bull-Honda) | à 1 tour  
  14. Valtteri Bottas (FIN/Mercedes) | à 1 tour  
  15. Kimi Räikkönen (FIN/Alfa Romeo Racing-Ferrari) | à 1 tour  
  16. George Russell (GBR/Williams-Mercedes) | à 1 tour  
  17. Kevin Magnussen (DAN/Haas-Ferrari) | à 3 tours ( n’a pas terminé)   

Abandons  

  • Nicholas Latifi (CAN/Williams) | problème mécanique 40e tour  
  • Antonio Giovinazzi (ITA/Alfa Romeo Racing-Ferrari) | problème 12e tour  
  • Romain Grosjean (FRA/Haas- Ferrari) | problème mécanique 50e tour  
  • Kevin Magnussen (DAN/Haas-Ferrari) | problème mécanique 56e tour   

Classement des pilotes    

  1. Lewis Hamilton (GBR) | 307 pts  
  2. Valtteri Bottas (FIN) | 197  
  3. Max Verstappen (PB) | 170  
  4. Sergio Pérez (MEX) | 100  
  5. Charles Leclerc (MON) | 97  
  6. Daniel Ricciardo (AUS) | 96  
  7. Carlos Sainz Jr (ESP) | 75  
  8. Lando Norris (GBR) | 74  
  9. Alexander Albon (THA) | 70  
  10. Pierre Gasly (FRA) | 63  
  11. Lance Stroll (CAN) | 59  
  12. Esteban Ocon (FRA) | 40  
  13. Sebastian Vettel (ALL) | 33  
  14. Daniil Kvyat (RUS) | 26  
  15. Nico Hülkenberg (ALL) | 10  
  16. Kimi Raïkkönen (FIN) | 4   
  17. Roman Grosjean (FRA) | 2   

Classement des constructeurs    

  1. Mercedes | 504 pts  
  2. Red Bull-Honda | 240  
  3. Racing Point-Mercedes | 154  
  4. McLaren-Renault | 149  
  5. Renault | 136  
  6. Ferrari | 130  
  7. AlphaTauri-Honda | 89  
  8. Alfa Romeo-Ferrari | 8  
  9. Haas-Ferrari | 3