/misc
Navigation

Le jour de la semaine de la NFL

FBN-SPO-NEW-ENGLAND-PATRIOTS-V-NEW-YORK-JETS
Photo AFP Les joueurs des Jets de New York et des Patriots de la Nouvelle-Angleterre ne se sont pas ménagés dimanche dernier.

Coup d'oeil sur cet article

« Cette ligue possède un jour de la semaine... ». Phrase percutante tirée de l’excellent film Concussion projeté en 2015.

 On y raconte les avancées neurologiques du docteur de l’université de Pittsburgh Bennet Omalu, qui est parvenu à établir un lien entre les coups à la tête et la prolifération des cas d’encéphalopathie traumatique chronique chez les anciens joueurs de la NFL. 

Les découvertes du Dr Omalu datent de 2002. Avant que Will Smith ne soit choisi pour incarner le médecin de la Pennsylvanie au grand écran, la NFL a fait bien peu en réaction aux preuves scientifiques documentées. Depuis 2015, un règlement hors cour graciant de quelques malheureux dollars les anciens joueurs lésés est intervenu et la ligue a revu sa réglementation afin de mieux protéger ses meilleurs actifs, les quarts-arrières. 

La bataille se poursuit

Toutefois, la bataille des tranchées sur les lignes d’engagement se poursuit, avec ce qu’elle implique de se frapper à qui mieux mieux. Chaque jeu de la NFL est un accident de char. Mais... « ils possèdent un jour de la semaine... » 

Alors que la planète est en état d’alerte, que le sport souffre de reports en remises, d’annulations à restrictions étouffantes, la NFL, elle, dispute sa saison de façon à peu près normale. Bien entendu sans les foules qui emplissent les stades, mais avec ce qu’il faut de revenus télé et de commandites rassurantes pour les propriétaires d’équipe.

Les États-Unis enregistrent quotidiennement de nouvelles marques de cas positifs à la COVID, mais la NFL poursuit son smash & derby de Kenner avec quelques cas répertoriés ça et là sans véritable éclosion et sans villes bulles.

Dimanche nécessaire

C’est ici que s’arrête mon objectivité. Car je ne veux pas savoir comment Roger Goodell parvient à mener sa saison comme si la COVID n’était qu’une vulgaire grippe. La seule chose qui m’importe, c’est que le jour du Seigneur se tienne comme convenu tous les dimanches. 

J’ai besoin du plateau de la FOX le dimanche matin. De préparer des grillades en regardant l’excellent Curt Menefee, le militaire aussi carré que sa chevelure brossée Howie Long. J’aime le grandiloquent Jimmy Johnson et je veux m’émerveiller de la pertinence du propos du diastème affolant de Michael Straham. 

Enfin, je vis d’espoir en la vie éternelle chaque fois que je vois tenir debout le vénérable Terry Bradshaw, qui doit bien avoir 107 ans. Pas mêlant, pandémie oblige, je tolère même l’imbuvable Jay Glazer. 

Sur les terrains, la passion se perpétue en dépit des bonshommes de hockey sur table assis dans les meilleurs sièges.

Tom Brady rajeunit dans la péninsule floridienne. Drew Brees, Russel Wilson, Big Ben à Pittsburgh et Aaron Rodgers à Green Bay montent la garde des vétérans quarts qui peuvent encore vous battre à eux seuls. 

Et les jeunes loups... Josh Allen est savoureusement cardiaque à Buffalo, tandis que Patrick Mahomes fait paraître les scénaristes du film La Matrice pour des amateurs. 

Bref, « la NFL possède un jour de la semaine... », et ce nouveau dieu est un baume nécessaire à un semblant d’équilibre moral pour l’amateur de sport en temps de COVID.

Coup de cœur

Mike Tomlin
Photo AFP
Mike Tomlin

Au coach Mike Tomlin des Steelers de Pittsburgh. 8-0 jusqu’ici, ce qui lui confère une 14e saison d’au moins .500 pour amorcer une carrière dans la NFL. 

Premier entraîneur-chef afro-américain de l’histoire des Steelers, il est à ce jour le plus jeune coach à avoir jamais gagné le Super Bowl, exploit réalisé le 1er février 2009 à seulement 36 ans. 

Tomlin doit être considéré comme le meilleur coach de la NFL actuellement.

Coup de gueule

Aux Jets de New York, ou aux Jets de la Saskatchewan ?! 

La référence trouve ses arguments dans l’uniforme renouvelé des Jets, une copie conforme de celui des Riders de la Ligue canadienne. 

Et que dire du rendement de l’équipe, sans cesse décevant ? Je me demande s’ils arriveront à jouer pour .500 dans la LCF. 

Il ne reste plus rien des garanties de Joe Namath avec les Jets, sinon la défaite !

Un p’tit 2 sur...

Un Super Bowl entre Tom Brady et Ben Roethlisburger. À deux ils ont 81 ans et huit bagues du Super Bowl. Même si les Buccaneers sont soit formidables soit suspects, même si les Steelers titubent de plus en plus malgré leur dossier immaculé, je pense que ces deux vétérans vont trouver les ressources pour se faufiler jusqu’au duel final, justement à Tampa Bay.

 Je rappelle ici le titre de la rubrique : un p’tit deux sur...