/sports/hockey
Navigation

Grand fan de Makar et de MacKinnon

Mark Barberio
Photo courtoisie lhc, Valérie Badan

Coup d'oeil sur cet article

À ses deux dernières saisons avec l’Avalanche du Colorado, Mark Barberio a passé beaucoup de temps à l’infirmerie ou sur la passerelle de presse. Il occupait l’ingrat rôle de septième défenseur. 

• À lire aussi: Capitaine Barberio

Barberio a participé à seulement 21 matchs en 2019-2020 et à 12 rencontres en 2018-2019. 

Il y a deux ans, le défenseur gaucher a subi trois blessures importantes : une fracture à un os du poignet, une commotion cérébrale et une fracture à un os du pied.

« Ce qui pesait le plus sur mes épaules depuis deux ans, c’était les blessures, a-t-il raconté. C’était difficile, mentalement. L’an dernier, j’aurais aimé jouer plus souvent. Mais au moins, je suis resté en santé. Je me gardais en forme et je comprenais mon rôle. Je jouais quand il y avait des blessés. J’aurais aimé participer à tous les matchs, mais il y avait de bons défenseurs à Denver. J’ai aussi joué des matchs à l’aile au sein d’un quatrième trio. Je gardais une attitude positive en plaçant les intérêts de l’équipe avant les miens. 

« Je croyais aussi que nous avions une chance de gagner la Coupe Stanley avec l’Avalanche. »

Deux phénomènes

Quand on lui parle de l’Avalanche, Barberio fait rapidement l’éloge de son ancien coéquipier à la ligne bleue, Cale Makar, le récipiendaire du trophée Calder en 2019-2020, décerné à la recrue de l’année dans la LNH.  

« Cale a 22 ans et il est déjà l’un des meilleurs. Comme défenseur, il est incroyable. Mais comme personne, il l’est aussi, a souligné Barberio. Il a du caractère et une personnalité très attachante. C’est vraiment un bon jeune, il reste très humble. Tu veux voir des joueurs comme lui connaître du succès. Il a tellement une bonne attitude que je sais qu’il deviendra un très grand défenseur. Il travaille fort, il ne prend rien pour acquis. 

« Son talent ne fait aucun doute. Je le compare un peu à Nathan MacKinnon, mais comme défenseur. Il a un talent fou, il a l’explosivité d’un MacKinnon. Il a aussi un bon tir et il le décoche vraiment rapidement. »

Le capitaine du Lausanne HC a un discours tout aussi élogieux pour décrire MacKinnon. 

« À mes yeux, Nathan est le meilleur joueur de la LNH. Tu peux débattre entre lui et McDavid, mais j’ai un faible pour Nate. Il mérite ce titre. Il a travaillé fort pour s’améliorer. Il a aussi appris beaucoup de Sidney Crosby. Les deux gars viennent de la Nouvelle-Écosse et ils s’entraînent ensemble l’été. Il a vu le sérieux de Crosby pour son entraînement et sa nutrition. Nate est dominant sur la glace et ultra compétitif. Il veut gagner, mais gagner dans tout. Pas juste au hockey. Peu importe ce que tu fais contre lui, il cherche à te battre. » 

Avec Hudon

Dans le présent, Barberio partage maintenant le vestiaire à Lausanne avec un autre ancien du Canadien, Charles Hudon.

« Ça se passe bien pour Charles. Il a juste joué quatre matchs. Mais je pense qu’il ne pouvait pas rêver d’un meilleur départ (4 buts, 3 passes en 4 matchs). Il ramasse des points, il marque pratiquement à tous les matchs. Charles peut devenir un très bon joueur dans cette ligue. Il profite de la grande glace avec ses instincts offensifs.

« À Chicoutimi, il jouait aussi sur une glace de dimension olympique. Il est heureux ici, il a le sourire. Et c’est important, ça. »