/sports/fighting
Navigation

Le procès public d’Yves Ulysse Jr

Le boxeur a raté la conférence de presse de son promoteur

Yves Ulysse Jr
Photo d’archives, Chantal Poirier Yves Ulysse jr a brillé par son absence à la conférence de presse de lundi, en prévision de son combat de samedi contre Mathieu Germain.

Coup d'oeil sur cet article

Yves Ulysse jr n’était pas présent lors de la conférence de presse d’Eye of the Tiger Management (EOTTM) tenue lundi en prévision du gala de samedi à Rimouski. Une absence qui s’est transformée en procès sur la place publique.

• À lire aussi: Ulysse réserve une surprise à Germain

• À lire aussi: Une recette à retrouver

Mathieu Germain, son adversaire de samedi, l’entraîneur Mike Moffa et même son entraîneur de longue date, Rénald Boisvert, n’ont pas mâché leurs mots à son endroit. 

C’est Germain qui a lancé le bal. 

« Ce n’est pas fort de sa part de rater cette conférence de presse, a souligné Germain. C’est un manque de respect envers tout le monde, les amateurs et Eye of the Tiger Management. 

« Je crois que son histoire de rendez-vous avec son psychologue sportif n’est pas vraie. Il voulait une échappatoire pour ne pas me voir. Ça fait son affaire de rester caché et ça me fait penser que son mental n’est pas à point. »

Tempérament particulier

Il faut également préciser une chose importante. Dans leurs contrats, les boxeurs d’EOTTM ont l’obligation de participer à la promotion de leurs combats. Depuis l’annonce du Carré d’As, Ulysse n’a donné qu’une entrevue, soit celle au Journal de Montréal qui a été publiée samedi. Il a refusé toutes les autres demandes. 

Par la suite, ce fut au tour des entraîneurs Mike Moffa et Rénald Boisvert de tirer à boulets rouges sur Ulysse au sujet de son attitude particulière au gymnase et dans ses combats. 

Après sa défaite contre Ismael Barroso, Ulysse avait décidé de changer d’entraîneur. Boisvert n’était plus l’homme de la situation. Il est allé faire un essai avec Moffa, mais ce fut de courte durée. 

« Il avait eu une petite chicane avec ses entraîneurs, a raconté Moffa. Lorsqu’il est arrivé dans mon gymnase, il a prononcé des mots durs à leur endroit. C’était un manque de respect flagrant pour ceux qui avaient tout fait pour lui depuis les rangs amateurs. 

« Ça n’a pas cliqué entre nous. Yves est un athlète doué et intelligent, mais il veut que tout se passe à sa manière. Avec moi, il ne pouvait pas faire ce qu’il voulait comme avec Rénald. En résumé, il avait un caractère de c... »

Boisvert en rajoute

Boisvert, qui sera dans le coin d’Ulysse samedi, a aussi tenu des propos incisifs à l’endroit de son protégé de longue date.  

« Après le combat contre Barroso, on a eu beaucoup de discussions ensemble et on lui a conseillé de changer d’entraîneur, a lancé Boisvert lorsqu’interrogé par Le Journal de Montréal. Par contre, Yves est très difficile à coacher.

« Au départ, ce n’était pas moi qui devais être dans son coin pour son duel de samedi, mais bien John Scully. Celui-ci ne pourra pas être là, alors j’ai accepté de le diriger et ça fait six mois qu’on a recommencé à travailler ensemble. 

« Le combat de samedi va me dire si je vais continuer à travailler avec lui. »

Sans compter que Boisvert a travaillé avec David Théroux, un autre participant au Carré d’As, au cours des dernières semaines. Ulysse et Théroux doivent s’affronter au prochain tour du tournoi. 

Pour le reste, c’est rare qu’un entraîneur y aille de tels propos à l’endroit de son boxeur avant un combat. Est-ce que Boisvert demeurera l’homme de confiance d’Ulysse ? On le saura samedi soir. 

Scully précise

Pour sa part, Scully a voulu apporter une précision au sujet de son absence dans le coin de son boxeur pour le combat contre Germain. 

« Je ne peux pas être présent pour son combat parce qu’un de mes boxeurs avait un combat à Miami [13 novembre] et que je n’aurais pas eu le temps de faire la quarantaine de 14 jours exigée au Québec », a indiqué Scully au Journal de Montréal

Si les mesures sanitaires peuvent s’assouplir dans les prochaines semaines, il souhaite être présent pour les duels contre Théroux et Claggett. Pour le moment, ça s’annonce très difficile. 

Dans le calepin... 

Le promoteur Camille Estephan aimerait organiser un dernier gala avant la fin de 2020. Il viserait la date du 26 décembre à Montréal. Par contre, les dirigeants de la Régie ne seraient pas trop chauds à cette idée et l’homme d’affaires pourrait devoir devancer ses plans d’une semaine. 

Christian Mbilli et Luis Santana ont obtenu la confirmation qu’ils se battront le 12 décembre au Mexique. Pour Santana, il s’agira déjà de sa deuxième visite dans ce pays en quelques semaines. Mbilli, quant à lui, en sera à son premier combat avec Eye of the Tiger Management.  

Marie-Pier Houle est comme une lionne en cage. La protégée de GYM attend une réponse de son promoteur pour un combat qui aurait lieu dans quelques jours. On peut miser sur une carte aux États-Unis. 

À propos de GYM, Yvon Michel ne sait toujours pas quand il pourra organiser une carte au Québec. Avec les mesures sanitaires et l’obligation de présenter les galas à huis clos, on peut penser qu’il devra patienter encore quelques mois.