/opinion/faitesladifference
Navigation

Le site de l’hôpital Royal Victoria doit servir le bien commun

hôpital royal victoria 80 lits
Photo d’archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La présente lettre est endossée par 55 organismes de la société civile dont la liste apparaît dans la version en ligne.  

Le site de l’ancien hôpital Royal Victoria doit poursuivre sa vocation initiale d’offrir des services sociaux. Nous demandons que son usage futur et sa propriété soient décidés et gérés de façon démocratique et écologique, et ce, au service du bien commun. 

Trois ans après le déménagement des services de santé de l’ancien hôpital Royal Victoria en 2015, le gouvernement du Québec autorisait l’Université McGill à se doter d’un nouveau campus sur une portion du site et il lui accordait un soutien financier de 37 millions de dollars. Cette décision majeure à propos d’un site public offrant un énorme potentiel pour continuer à servir la population montréalaise fut prise sans aucune consultation de la société civile ni des résidents et résidentes du quartier et sans débat à l’Assemblée nationale.  

Nous ne sommes pas foncièrement opposés à ce qu’une section du site puisse être utilisée comme campus par l’Université McGill, qui a aussi pour vocation de servir l’intérêt public en matière d’éducation. Mais il faut s’assurer de la pérennité de cette dernière et éviter que l’Université McGill soit un jour tentée de privatiser certains de ses immeubles à l’exemple d’autres institutions aux abords du Mont-Royal. 

Décisions à portes closes

En cette période d’intense gentrification, il est inacceptable que d’importantes propriétés publiques soient constamment privatisées. On n’a qu’à penser à la désastreuse vente à rabais de l’ancien Hôpital pour enfants à un coût de 25 millions de dollars, alors que son évaluation foncière s’élevait à 47 millions. Après des décennies de demandes répétées de la part de la population du quartier de Peter McGill en vue d’obtenir des installations publiques, celle-ci s’est vu refuser le droit de participer au développement de son propre quartier. S’ajoutent d’autres exemples récents tels que la vente à des promoteurs privés de l’Institut thoracique, du site de Radio-Canada et de celui du Bassin Peel-Bonaventure. D’autres sites d’importance, institutionnels ou religieux, ont aussi été privatisés pour faire place à des condos. Mentionnons l’ancien site du Collège Marianopolis, le Couvent d’Outremont et celui des Sœurs missionnaires de l’Immaculée-Conception (tous deux acquis puis revendus par l’Université de Montréal) ainsi que l’ancien hôpital Shriners. 

Il est profondément troublant que de telles décisions aient été prises derrière des portes closes. À une époque marquée par le cynisme politique et par une profonde crise du logement, les citoyennes et les citoyens ne doivent pas être exclus du processus décisionnel. Nous demandons que le gouvernement fasse un véritable effort pour associer la société civile aux décisions entourant la requalification du site et des bâtiments de l’ancien hôpital Royal Victoria. Par ailleurs, le processus décisionnel devrait reposer sur le souci que les versants du Mont-Royal ne soient pas réservés qu’aux élites, mais soient également accessibles à la population en général. 

La vocation sociale que les fondateurs ont inscrite dans l’acte de cession et le rôle historique du site en matière de santé et d’habitation, notamment grâce à la contribution des femmes, doit se retrouver au cœur de toute décision. Pour que le Royal Victoria continue à servir le bien commun, il importe qu’il puisse répondre à différents besoins sociaux. Ceux-ci comprennent entre autres le logement social, les espaces communautaires, les ressources éducatives et scolaires ainsi que l’économie sociale et solidaire.  

Développement écologique

À nos yeux, la propriété du site dans son entièreté, autant des bâtiments que du terrain, doit demeurer dans le domaine public, c’est-à-dire aux mains du gouvernement du Québec ou de la ville de Montréal. Une autre possibilité serait d’implanter un mode collectif de propriété et de gestion, par exemple une fiducie foncière, un organisme sans but lucratif ou une coopérative. Un tel modèle permettrait de garantir que les personnes usagères ou résidantes perpétuent dans les décennies à venir l’élan pour un tel projet collectif.  

Enfin, la requalification du site exige de respecter les principes du développement écologique. À titre d’exemple, une importante section de l’immense terrain de stationnement pourrait être intégrée au parc du Mont-Royal ou encore être rendue disponible pour de l’agriculture urbaine. 

En conséquence, nous demandons au gouvernement du Québec de décréter un moratoire sur la vente du site et des bâtiments, de s’engager dans un véritable dialogue avec la société civile et d’élaborer un projet qui corresponde à l’acceptabilité sociale et qui serve le bien commun. Pour appuyer la présente lettre, SVP contacter ccmp.miltonparc@gmail.com 

Signataires

Action catholique de Montréal

Association étudiante de l'Université McGill - AEUM) (Groupe fondateur de la Coalition)

Association étudiante de l’école des sciences de la gestion de l'UQAM

Atelier Habitation Montréal

Ateliers d'éducation populaire du Plateau

Bâtir son quartier

Carrefour d’éducation populaire de Pointe St-Charles

CDC Action Solidarité Grand Plateau

Centre des femmes de Montréal

Centre des femmes du Plateau Mont-Royal

Chambreclerc (OSBL en habitation)

Coalition montréalaise des tables de quartier

Collectif À nous la Malting

Comité d'action des citoyennes et citoyens de Verdun

Comité de pilotage pour le redéveloppement Louvain Est de Solidarité Ahuntsic

Comité des citoyennes et citoyens de Milton Parc (groupe fondateur de la Coalition)

Comité logement de Ville-Marie

Comité logement du Plateau-Mont-Royal

Communauté Milton Parc (groupe fondateur de la Coalition)

Communauté Saint-Urbain

Concordia Student Union

Coopérative de solidarité La Familiale

Coopérative d'habitation Marie Gérin-Lajoie

CSN - Conseil central du Montréal métropolitain

Direction chrétienne inc.

Entremise

Ex æquo

Exeko

Fédération des coopératives d'habitation intermunicipale du Montréal métropolitain

Fédération des OSBL en habitation de Montréal

Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

FTQ - Conseil régional du Montréal métropolitain

Groupe conseil en développement de l'habitation (Groupe CDH)

Groupe de recherche sur l’intérêt public -McGill (GRIP)l

Groupe Ressources du Plateau Mont-Royal

Imagerie, local des jeunes

Innovation Jeunes

Itinéraire (L')

Ligue des droits et libertés

Maison d’Aurore

Montréal pour tous

Mouvement des personnes handicapées pour l'accès aux services (PHAS)

Multi-Femmes

Patate du peuple (La) - The People's Potato

POPIR - Comité logement

Porte jaune / Yellow Door

Progressive Urban Planners

Quadrilatère de la Miséricorde

Racine croisée

Solidarité Milton Parc

Stasis - Groupe d'enquête sur le contemporain

Table de Quartier de Peter McGill (groupe fondateur de la Coalition)

Table Habiter Ville-Marie

Table régionale des organismes volontaires en éducation populaire (TROVEP) de Montréal

Unité de travail pour l’implantation de logement étudiant ( L'UTILE)

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?