/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Un vaccin efficace à 94,5 %

Après Pfizer, Moderna a dévoilé des résultats prometteurs, lundi, mais les vaccins ne suffiront pas, selon des experts

Coup d'oeil sur cet article

Les résultats prometteurs obtenus par un second vaccin contre la COVID-19, cette fois produit par la société Moderna, ne doivent pas faire oublier que ces injections ne suffiront pas à elles seules à stopper la pandémie, préviennent des experts. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: La confiance dans les vaccins cruciale pour stopper la COVID-19

Une semaine après l’annonce de Pfizer/BioNTech, l’entreprise américaine Moderna a révélé que son candidat vaccin avait une efficacité de 94,5 % lors des essais cliniques de phase 3.       

  • Écoutez l'entrevue de la microbiologiste et infectiologue du CHUM Cecile Tremblay avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:   

Il s’agit d’une efficacité supérieure de près de 5 % par rapport aux résultats obtenus par Pfizer pour le même type de vaccin – à ARN messager – dans cette ultime phase avant la demande d’homologation.

Les résultats préliminaires divulgués lundi par Moderna indiquent que 90 participants de son groupe placebo avaient contracté la COVID-19, contre seulement 5 dans le groupe de participants ayant reçu son candidat vaccin.

Le vaccin de Moderna représente un moins grand défi logistique que celui de Pfizer, puisqu’il devra être transporté à une température de -20 degrés Celsius, comparativement à la température extrême de -75 degrés Celsius requise pour celui de son compétiteur.

Un impact fin 2021

Moderna demandera prochainement une autorisation de mise en marché aux États-Unis, où elle devrait produire 20 millions de doses d’ici la fin 2020. Ottawa a réservé jusqu’à 56 millions de doses de ce vaccin — comparativement à 76 millions pour le vaccin de Pfizer — mais elles ne sont pas attendues au Canada avant 2021.

Selon Moderna, un peu moins de 10 % des participants à l’étude ont eu des effets secondaires tels que de la fatigue, des courbatures et des rougeurs.

« De constater qu’un deuxième vaccin présente une efficacité de cet ordre de grandeur, c’est au-delà de nos espérances ! », lance Cécile Tremblay, microbiologiste-infectiologue à l’Université de Montréal. Mais la partie n’est pas jouée pour autant, insiste-t-elle.

« Ça va prendre plusieurs mois avant qu’on ait une couverture vaccinale conséquente, on ne verra pas un impact sur le déclin de la pandémie avant au moins la fin de 2021 », prévient la Dre Tremblay, indiquant qu’il faudra conserver nos mesures de précaution pour protéger les plus vulnérables.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, abonde d’ailleurs dans le même sens. « Un vaccin va compléter les autres outils que nous avons, pas les remplacer. [...] Nous espérons que cela va faire baisser le nombre de morts et permettre aux systèmes de santé de résister. Mais cela laissera encore beaucoup de champ au virus pour opérer », souligne-t-il.

Immunité incertaine

Les scientifiques s’attendent à une avalanche de résultats de compagnies pharmaceutiques qui planchent sur un vaccin, dont plusieurs sont en phase 3, au cours des prochaines semaines.

Alain Lamarre, expert en immunologie et virologie à l’Institut national de recherche scientifique (INRS), souhaite toutefois modérer l’optimisme de plusieurs. Si les résultats ont montré que les vaccins de Moderna et Pfizer protègent un individu après deux injections, rien n’indique pour combien de temps celui-ci sera immunisé.

« Est-ce qu’il faudra se faire vacciner périodiquement comme pour la grippe ? C’est la grosse question. Seul le temps nous le dira », mentionne-t-il.


D’après la Russie, le vaccin Spoutnik-V aurait une efficacité de 92 %. Toutefois, ses développeurs n’avaient pas encore entamé les essais à grande échelle de la phase 3 au moment de dévoiler les résultats la semaine dernière.

À propos de Moderna  

  • Société de biotechnologie créée en 2010  
  • Située à Cambridge dans le Massachusetts (États-Unis)   
  • Un millier d’employés à son actif   
  • Aucun de ses produits n’a encore été homologuéLe cours de son action en bourse s’est multiplié par 5 depuis janvier  
  • Le patron de la firme, Stéphane Bancel, est devenu milliardaire en avril  
  • L’une des premières idées de Moderna était de créer des vaccins personnalisés contre des cancers   
  • La majorité des essais cliniques en cours au sein de la firme portent sur les virus (Zika, mononucléose, bronchiolite, grippe)     

11 vaccins en phase 3  

En date du 12 novembre dernier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recensait 48 « vaccins candidats » contre la COVID-19 évalués dans des essais cliniques à travers le monde. Voici les développeurs qui en sont à la phase 3, la dernière avant la demande d’homologation.  

  • Sinovac  
  • Institut de produits biologiques de Wuhan et Sinopharm  
  • Institut de produits biologiques de Pékin et Sinopharm  
  • Bharat Biotech  
  • Université d’Oxford et AstraZeneca  
  • CanSino Biological et l’Institut de produits biologiques de Pékin  
  • L’Institut de recherche Gamaleya   
  • Les compagnies pharmaceutiques Janssen  
  • Novavax  
  • Moderna et NIAID   
  • Pfizer, Fosun Pharma et BioNTech     

Source : Organisation mondiale de la santé (OMS) 

LE VACCIN DE PFIZER VS MODERNA  

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.