/portemonnaie/job
Navigation

Sans emploi ? Voici 5 secteurs prêts à t’accueillir rapidement

Coup d'oeil sur cet article

Tu fais partie des milliers de québécois sans emploi en raison de la pandémie. Tu te demandes comment tu vas payer tes prochaines factures? Voici 5 secteurs qui offrent des postes qui ne demandent pas ou peu de formation. 

1 — Sécurité    

Poste d’entrée : Agent de gardiennage

Salaire d’entrée : 18,34$/h + primes si applicable 

Dans les pharmacies, les hôpitaux et parfois même à l’épicerie : on les voit partout depuis quelques mois. Le Bureau de la sécurité privée (BSP) a délivré plus de 9500 permis temporaires d’agent de sécurité (gardiennage) pour répondre à la demande depuis le mois de mars dernier. 

« La demande était déjà forte avant la crise pour les agents de gardiennage, qui sont en poste à l’entrée des commerces, mais la loi permet au Bureau de donner des permis plus facilement aux gens qui n’ont pas de formation en pandémie», explique Geneviève Godin, conseillère aux communications pour le Bureau de la sécurité privée du Québec.

Il te suffit de présenter une promesse d’embauche puis de satisfaire aux standards de sécurité du BSP et le tour est joué.

Tu peux commencer à travailler avec ton nouvel uniforme en quelque jours seulement. 

2 — Secteur environnemental (désinfection)   

Poste d’entrée : Technicien en désinfection ou restauration après sinistre 

Salaire moyen : Entre 12,50$/h et 21,49$/h 

Joël Lemay / Agence QMI

Évidemment, la demande pour les services de désinfection atteint des sommets depuis le début de la pandémie.  

Que tu aies envie de te promener avec une machine à la Ghostbuster pour tuer le virus ou que tu préfères rester à l’écart dans un poste administratif, il y a un rôle pour toi dans ce secteur.  

« On engage constamment depuis le début de la pandémie. Des postes de techniciens, mais aussi de représentants, des responsables d’appels d’offres et autres postes administratifs », explique le propriétaire de l’entreprise Proaxion de Trois-Rivières, Brian Massie. 

Pour le poste le plus recherché, soit celui de technicien, il n’y a presque pas de prérequis, poursuit-il. 

«Tout ce qu’il faut, c’est être capable de travailler debout pendant de longues périodes et être autonome. Sinon, la formation payée d’une durée qui varie en 5 h et 10 h est donnée à l’interne. Habituellement c’est possible de commencer à travailler en environ quatre jours.» 

3— Industrie textile    

Poste d’entrée : Couturière 

Salaire médian : 14,40$/h 

Photo Fotolia

Il y a plus de 15 000 postes de couturiers et couturières à combler au Québec présentement. Tu peux postuler dans le domaine même si tu n’as jamais touché une aiguille de ta vie! 

Une formation à l’interne est offerte par la plupart des entreprises. « On commence par les parties les plus simples, comme les épaules et on augmente graduellement la complexité», explique la copropriétaire de l’entreprise Attraction Textile, Julia Gagnon. 

Le recrutement reste difficile même si la pandémie a donné de la visibilité aux entreprises textiles d’ici grâce à la confection de masques et d’équipement de protection. 

«Cet été, on a dû engager des jeunes de 15 ans pour pallier le manque de personnel. Avec le retour à l’école, ces postes-là sont de nouveau vacants», indique-t-elle. 

Avec l’arrivée du temps des Fêtes et l’engouement pour la consommation de produits locaux, les besoins augmenteront dans le secteur. Située dans le petit village de Lac-Drôlet, l’entreprise de Mme Gagnon a même fait l’achat d’une résidence pour personnes âgées vide et l’a convertie en logement à prix modique pour les employés qui viennent d’ailleurs au Québec. 

Sortir de la ville pour apprendre à coudre, pourquoi pas ? 

4 — Secteur de l’alimentation    

Poste d’entrée : Commis, caissier 

Salaire Médian : 13,10$/h et 15,05$/h 

Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

On les voit beau temps, mauvais temps : les travailleurs essentiels du domaine de l’alimentation sont en première ligne, même en temps de crise. 

Avant la pandémie, on prévoyait une hausse d’environ 10 000 emploi dans ce secteur et la tendance s’accélère.  

«Il y a une pénurie à tous les niveaux. La hausse des commandes en ligne force la création de nouveaux postes, en plus d’augmenter les besoins pour les postes existants. On croyait que le chômage élevé allait nous permettre d’embaucher massivement, mais la Prestation canadienne d’urgence (PCU) a eu l’effet inverse. On cherche encore beaucoup de bras», explique Laurence Zert, directrice générale du comité sectoriel de main-d’œuvre du commerce de l’alimentation (CSMOCA). 

Commis, préposés aux commandes, gérants, livreurs, caissiers : plusieurs postes d’entrée te permettent de commencer à travailler rapidement en plus d’offrir des horaires flexibles. Il y a même de courtes formations gratuites en ligne, disponible sur le site du comité sectoriel, qui te permettent de prendre de l’avance avant de postuler.  

5— Service à la clientèle    

Poste d’entrée : Agent service à la clientèle  

Salaire médian : 19$/h 

Brian Jackson - stock.adobe.com

Le virage numérique du commerce au détail est déjà bien commencé et la crise actuelle accélère les choses. Retour d’articles, plaintes, aide à la navigation en ligne : on s’attend de plus en plus à tout pouvoir faire de notre salon, surtout en pandémie. 

Le service à la clientèle va donc devoir se réinventer et les besoins en personnel vont continuer d’augmenter dans les prochains mois. 

En plus d’offrir une courte formation à l’interne, plusieurs compagnies offrent le télétravail.  

C’est ta chance de travailler en pyjama !

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux