/news/health
Navigation

700 médecins réclament une décentralisation du système de santé

Bloc medecin
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Découragés par la lourdeur de l'administration du système de santé québécois, quelque 700 médecins ont réclamé que le gouvernement décentralise la gestion des soins.

Les membres du Regroupement québécois des médecins pour la décentralisation des soins de santé (RQMDSS) ont avancé, dans un communiqué publié mardi soir, que l'hypercentralisation «nuit depuis longtemps aux soins de santé et encore plus en temps de Covid.»

«Nous ne pourrons pas lutter efficacement contre la Covid-19 tant que l’hypercentralisation limite nos initiatives et ralentit notre travail! Nous sommes épuisés et nous heurtons en plus quotidiennement à des flous administratifs qui nous empêchent de faire notre travail du mieux que nous pouvons», a dénoncé le Dr Vincent Bouchard-Dechêne, un médecin spécialiste et porte-parole du RQMDSS.

Le regroupement réclame que les médecins puissent prendre des décisions directement dans les centres de soins, plutôt qu'en fonction des directives des organismes chapeautant les hôpitaux, comme les centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) et leurs pendants universitaires (CIUSSS).

  • Écoutez la chronique de Caroline St-Hilaire à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio:

La création d'un poste d'administrateur et d'un conseil des médecins local dans chaque hôpital du Québec est notamment évoquée par le RQMDSS.

L'organisation considère que la centralisation du système de santé, en plus de le rendre «lent et rigide», va jusqu'à le rendre «dangereux» pour les patients en temps de pandémie.

«Pour combattre la crise sanitaire actuelle, nous avons besoin d’un système de santé flexible qui peut s’adapter rapidement. L’agilité et la rapidité dans la prise de décision sont donc plus essentielles que jamais», plaident les médecins.

Le groupe a mis en ligne un site internet et invite la population à l'appuyer dans ses démarches. Il espère obtenir une rencontre avec le ministre de la Santé Christian Dubé d'ici peu.

«Nous refusons de rester silencieux pendant que nous perdons des patients à cause d’un problème structurel qu’on peut régler», a clamé le Dr Daniel Kaud, un autre porte-parole du mouvement, en invitant Québec à «réévaluer sa position».