/news/society
Navigation

Décès de Max Gros-Louis: un dernier hommage à «une légende»

La mémoire de Max Gros-Louis a été saluée mardi

Coup d'oeil sur cet article

Des dizaines de proches et de membres des Premières Nations se sont déplacés hier pour rendre hommage à l’ancien grand chef Max Gros-Louis, qui a fait progresser la cause des autochtones à l’international.

• À lire aussi: L’hommage émouvant de Labeaume à Max Gros-Louis

• À lire aussi: Wendake: de grandes cérémonies pour honorer la mémoire de Max Gros-Louis

• À lire aussi: Un pionnier nous a quittés

« On a perdu une légende vivante. Aujourd’hui, on rend hommage et on remercie un géant, un homme qui représentait tous les Indiens du Canada », a laissé entendre son ami de longue date, Gabriel Savard, comparant Gros-Louis à Nelson Mandela dans son désir de changer les choses pacifiquement.

Gabriel Savard, ami de longue date et ancien collègue de Max Gros-Louis
Photo Jérémy Bernier
Gabriel Savard, ami de longue date et ancien collègue de Max Gros-Louis

Comme plusieurs, M. Savard s’est rendu au Complexe sportif Desjardins de Wendake, où la dépouille de l’ancien grand chef sera exposée jusqu’à jeudi.

Des rites traditionnels sont prévus lors des trois jours, après quoi un service religieux suivra à l’église Notre-Dame-de-Lorette, où seule la famille sera invitée.

Photo Jérémy Bernier

Reconnaissance 

À la suite de la cérémonie de la grande entrée avec des drapeaux, le corps du défunt a été déposé sur des planches, au centre d’une salle, vêtu d’habits traditionnels.

Pandémie oblige, seulement 25 personnes étaient autorisées à y entrer. Plusieurs, comme sa cousine Lise Gros-Louis, en ont profité pour se remémorer les bons moments avec le défunt et ont souligné sa grandeur d’âme.

« C’est un homme qui a toujours été fort, fier, près de la nature et des gens. De voir autant de monde à ses funérailles, ça prouve que les gens sont reconnaissants pour ce qu’il a fait », a-t-elle mentionné.

Photo Jérémy Bernier

De son côté, l’actuel grand chef des Hurons-Wendats, Rémy Vincent, a indiqué vouloir s’inspirer de lui dans son rôle politique.

« Un diplomate, un bâtisseur, [un homme] qui a donné sa vie pour défendre les droits des Premières Nations, c’est le souvenir que je garde de lui », a-t-il louangé.

Photo Stevens Leblanc

Le maire ému

Régis Labeaume s’est assuré de pouvoir dire un dernier au revoir à son ami.

« Max était déjà légendaire, il est devenu mythique. On va bientôt comprendre ce que ça voulait dire dans notre imaginaire collectif en tant que Canadiens. On n’a pas idée à quel point cet homme-là était reconnu », a-t-il lancé à sa sortie du complexe.

Photo Jérémy Bernier

Dans un message émouvant publié sur Facebook, M. Labeaume a promis que la Ville de Québec contribuera à la mise en place de L’Espace Max-Gros-Louis.

L’ancienne maison du grand chef pourrait ainsi devenir « un lieu unique » et une destination fort prisée de la réserve de Wendake, a-t-il fait valoir.