/sports/football/alouettes
Navigation

Jouer à Montréal:«Pour les clubs gagnants, c’est sensationnel», dit Luc Brodeur-Jourdain

Luc Brodeur-Jourdain
Photo d'archives, Agence QMI Luc Brodeur-Jourdain

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie de COVID-19 a chamboulé la vie de plusieurs personnes au cours des derniers mois. C’est le cas de l’entraîneur de la ligne à l’attaque des Alouettes de Montréal, Luc Brodeur-Jourdain, qui traverse un automne bien différent de ceux auxquels il a été habitué dans sa vie.

«Avoir un été, un automne avec la famille, je n’avais jamais vécu ça depuis que j’ai commencé à jouer au football. Ça m’a donné l’opportunité de vivre de nouvelles expériences. J’ai fait des rénovations. Ça m’a tenu l’esprit occupé», a-t-il dit mardi, lors de son passage au réseau TVA Sports.

Aucun doute, la pandémie a frappé de plein fouet la Ligue canadienne de Football qui a dû annuler sa saison 2020. «Si tu es un nouveau joueur dans la Ligue ou si tu es en fin de carrière, c’est extrêmement difficile à vivre. Tu ne veux pas que ta passion se termine sur une pandémie», affirme Brodeur-Jourdain.

Déjà 10 ans

Le 17 septembre 2010, les Alouettes soulevaient la Coupe Grey pour la dernière fois. Un souvenir qui demeure très cher à la mémoire de Luc Brodeur-Jourdain. «Le souvenir le plus précieux pour moi c’est vraiment le défilé. De tourner le coin et d’arriver sur Sainte-Catherine et voir des gens à perte de vue. C’est exceptionnel de vivre ça. C’est vraiment ce que je souhaiterais vivre en tant qu’entraîneur».

L’ancien joueur de centre des Alouettes a d’ailleurs toujours tenu le même discours à ses coéquipiers: «Écoutez les boys, si on se rend jusqu’à la fin et qu’on a le trophée au-dessus de la tête, attendez-vous à un moment grandiose, parce que la ville de Montréal pour les clubs gagnants, c’est sensationnel».