/sports/hockey
Navigation

Le chandail des Nordiques revit

Les purs et durs sont divisés quant à ce clin d’œil au passé de l’équipe

Le nouveau chandail de l’Avalanche a provoqué des réactions variées
dans la Vieille Capitale.
Photo tirées de Twitter Le nouveau chandail de l’Avalanche a provoqué des réactions variées dans la Vieille Capitale.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Les couleurs du troisième chandail que portera l’Avalanche du Colorado durant la prochaine saison ont été dévoilées et l’image des Nordiques sera à l’honneur. Si le look semble frôler l’unanimité, les fervents des « Bleus » sont cependant divisés quant au message envoyé.

• À lire aussi: L'Avalanche fera un clin d'œil aux «Fleurdelisés»

• À lire aussi: Les nouvelles couleurs du Canadien dévoilées... celles des Nordiques aussi

Là où les uns voient un bel hommage, d’autres ressentent un affront qui ravive la plaie du départ de l’équipe de Québec.

Adidas a révélé les couleurs alternatives des 31 formations de la LNH et le chandail de l’Avalanche a suscité de vives réactions dans le fief des Nordiques. Le logo chéri des gens de Québec y est bien en évidence, tout comme les traditionnelles fleurs de lys. Le tout vire au bourgogne, question de jumeler les couleurs actuelles à celles du passé.

Le nouveau chandail de l’Avalanche a provoqué des réactions variées
dans la Vieille Capitale.
Photo tirées de Twitter

Pour l’Avalanche, c’est une belle façon de « regarder en arrière et en avant. Ce n’est pas un chandail rétro, mais une évolution. Nous croyons que ça va fonctionner, c’est une partie de notre histoire », selon ce qu’a déclaré à ESPN le vice-président senior de Kroenke Sports & Entertainment, Declan Bolger.

  • Écoutez la chronique de Jean-Charles Lajoie avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Manque de respect

Or, pour une frange des fidèles du Fleurdelisé, la notion d’hommage a le dos large dans le contexte où Québec patiente toujours dans l’espoir de voir ses Nordiques renaître.

« C’est un manque de respect de la part tous les acteurs impliqués dans ce projet. Le dossier du retour des Nordiques est actuellement en attente, tout le monde le sait. Ce logo appartient aux partisans des Nordiques, pas aux gens de Denver. L’Avalanche a sa propre histoire comme concession, alors qu’elle s’arrange avec ça », a déclaré Pascal Grenon, administrateur du site ZoneNordiques.com

Le nouveau chandail de l’Avalanche a provoqué des réactions variées
dans la Vieille Capitale.
Photo tirées de Twitter

« Si le retour du hockey de la LNH n’était pas d’actualité, ça aurait pu être un clin d’œil le fun, mais ce n’est pas le cas. Elles sont où les références aux Nordiques dans l’aréna de l’Avalanche, dites-moi ? Les gens là-bas, ils n’en ont rien à faire du fleurdelisé. Le seul hommage possible à mon sens, c’est le retour des Nordiques », a tranché Grenon.

« Un peu hypocrite »

Le constat est similaire du côté de l’animateur au FM93 Jérôme Landry, longtemps associé au mouvement de la Nordiques Nation, visant à promouvoir le retour de l’équipe.

« Je le trouve beau (le chandail), mais ça tourne un peu le fer dans la plaie. C’est surtout une grosse passe de cash pour la LNH. C’est un peu hypocrite », a-t-il pesté.

Parmi les amateurs sondés via les réseaux sociaux, la plupart saluent l’initiative de la ligue. D’autres, par contre, mettent en doute la sincérité de la démarche, sous prétexte que
l’Avalanche s’est auparavant détachée de l’histoire des Nordiques en ne reconnaissant pas les numéros de chandails retirés à Québec.

Anciens joueurs ravis

Chez les anciens Nordiques interrogés, la réaction n’est que positive.

« J’adore ça, je trouve ça extraordinaire », s’est exclamé Michel Bergeron, qui a dirigé le club pendant huit saisons. 

« Je suis sûr que Joe Sakic est derrière cette décision et ça me dit qu’il n’oublie pas d’où il vient. Je n’ai jamais compris que l’Avalanche ait choisi de ne pas respecter les numéros de chandails retirés par les Nordiques et pour moi, ce chandail, c’est une façon de réparer le passé », a renchéri le Tigre.

Pour sa part, Alain Côté est bien à même de comprendre la réaction de certains partisans puisqu’il est encore bien implanté dans la région. Il se range toutefois dans le camp de ceux qui applaudissent l’initiative.

« Je comprends qu’il y a des irréductibles et je respecte ça, mais au Colorado, ils veulent juste donner une belle visibilité à leurs racines. Comme ancien Nordique, je ne prends pas ça comme un affront, mais comme une fleur », a-t-il fait valoir.