/news/coronavirus
Navigation

Le savoir d'une infectiologue de la Mauricie exporté

Coup d'oeil sur cet article

 L'hécatombe que la Mauricie et le Centre-du-Québec ont vécue au printemps dernier ne semble pas vouloir se répéter, les CHSLD étant pour le moment relativement épargnés par la deuxième vague de la COVID-19.

C'est en grande partie grâce à la Dre Lise-Andrée Galarneau, microbiologiste et infectiologue au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.

La stratégie qu'elle a mise en place, avec l'implication des employés de la santé, pourrait d'ailleurs faire des petits. «Si ça a fonctionné chez nous, ça risque de pouvoir aider d'autres régions», a-t-elle avancé mardi.

La Dre Galarneau a rencontré les sous-ministres de la Santé et les PDG d'établissements la semaine dernière, et des pourparlers se poursuivent pour donner de la formation ailleurs dans le réseau. «Je leur ai présenté la façon dont j'anticipais les éclosions parce que c'est un virus qui, la plupart du temps, est prévisible», a-t-elle raconté.

La méthode a fait ses preuves: les cas enregistrés dans les CHSLD de la Mauricie au printemps ont nettement diminué après l'implantation de la stratégie. «Il a fallu inventer la recette. Tout ce qu'on fait aujourd'hui est vraiment le fruit du travail qui a été fait», a-t-elle affirmé.

La Dre Galarneau a reconnu que les équipes travaillent à effectifs réduits, alors que plusieurs membres du personnel sont en arrêt de travail. La pression est forte sur ceux qui restent. Pour les aider, on ne peut que poursuivre nos efforts pour restreindre nos contacts sociaux, a expliqué la microbiologiste.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.