/news/currentevents
Navigation

Les jurés prennent connaissance des aveux du présumé meurtrier Stéphane Blanchard

Coup d'oeil sur cet article

Les jurés au procès de Stéphane Blanchard, cet homme accusé du meurtre prémédité de Jacques Choquette, ont pris connaissance mardi des aveux faits par l'accusé le soir de son arrestation en novembre 2018.

• À lire aussi: Procès de Stéphane Blanchard: une vidéo de 5 heures présentée en cour

• À lire aussi: Meurtre de Jacques Choquette: le procès s'ouvre à Granby

L'homme de 38 ans avait été arrêté deux ans après la disparition de l'entrepreneur de 51 ans. À ce moment-là, les policiers n'avaient pas encore retrouvé le corps de la victime.

Dans la vidéo de l'interrogatoire présentée au palais de justice de Granby mardi, on voit l'accusé être questionné par l'enquêteur des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec Éric Harvey.

C'est après lui avoir fait écouter la déclaration d'une de ses grandes amies qui mentionne avoir reçu les confidences de Blanchard que l'accusé finira par avouer le crime.

Questionné à savoir s'il éviterait de poser les mêmes gestes s'il le pouvait, Blanchard, qui semble empreint de remords répond «c'est certain».

L'enquêteur Éric Harvey l'interrogeait depuis près de six heures au moment des aveux.

Dans une deuxième déclaration, enregistrée cette fois-ci sous serment, l'accusé déclare s'être fait embarquer et manipuler par ses deux complices allégués, Mathieu Valade Williams et Daniel Giroux. Ce dernier voulait, semble-t-il, se débarrasser de Jacques Choquette en raison d'un conflit relié à une dette de plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Comme rétribution pour le crime, Blanchard a mentionné avoir reçu pour 5000$ de cannabis, des stupéfiants qu'il a revendus pour se payer un voyage dans le sud.

Ce serait Giroux qui a planifié le meurtre. En sa compagnie, le soir du 3 novembre 2016, l'accusé dit s'être rendu à la rencontre de Jacques Choquette dans un rang isolé de Bolton-Est.

Alors que les deux hommes discutaient, Blanchard a empoigné une carabine de calibre 30-30 qui se trouvait dans le coffre arrière de sa voiture pour abattre l'homme qu'il ne connaissait pas et qu'il n'avait jamais vu avant le soir fatidique, prend-il le soin de souligner.

L'accusé dit avoir tiré un seul coup, atteignant la victime à la tête. Giroux et Valade Williams auraient ensuite placé le corps dans le coffre arrière de la Mercedes de la victime pour aller en disposer dans un endroit qu'il ignorait parce qu'il a refusé de les suivre, se disant trop bouleversé et sous le choc du geste qu'il venait de commettre.

La preuve en poursuite étant terminée, en après-midi, l'accusé a amorcé son témoignage en défense.

Il a raconté comment il en est arrivé à faire la rencontre et à fréquenter Daniel Giroux et Mathieu Valade Williams, qui sont aussi en attente de leurs procès séparés pour le complot et le meurtre de Jacques Choquette.

Dans les mois précédents les évènements, il avait emménagé dans une maison appartenant à Valade Williams où il avait accepté, dit-il, de faire pousser de la marijuana parce qu'il éprouvait des ennuis financiers.

Au moment de lever la séance, il en était rendu à raconter les circonstances et les moments de la journée du meurtre en novembre 2016. Son témoignage se poursuivra mercredi.