/news/transports
Navigation

Pas de déficit pour BIXI Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Malgré une baisse d'achalandage en raison de la pandémie, le système de vélo en libre-service BIXI Montréal atteindra l'équilibre budgétaire en 2020.

• À lire aussi: BIXI est «un trou à argent», selon François Lambert

L'organisme à but non lucratif créé par la Ville de Montréal pour gérer le système de vélo-partage dans la métropole a été habitué au cours des dernières années à gérer d'importantes hausses d'achalandage, mais le confinement a renversé la tendance.

En avril, la saison s'est amorcée avec un achalandage en baisse de 70% par rapport à celui de l'an dernier. Les usagers ont graduellement recommencé à utiliser le service de BIXI: après la chute d'avril, leur utilisation était toujours en baisse de 40% dans les mois suivants le lancement de sa 12e saison, mais le service a pris fin le 15 novembre avec une hausse d’achalandage de l'ordre de 11% pour le mois de novembre par rapport à la même période l'an dernier.

Habitude de déplacement modifiée

BIXI a pu éviter un déficit en 2020 grâce à des économies provenant principalement des changements d'habitudes des usagers. Ces derniers ont davantage effectué des déplacements locaux moins liés au travail vers le centre-ville. Moins d’employés saisonniers ont donc été embauchés afin de répartir les vélos de la flotte entre les stations. C'est entre autres ces économies qui ont permis à BIXI de maintenir un budget équilibré sans devoir mettre à pied des employés réguliers.

Les vélos électriques populaires

L'augmentation du nombre de vélos électriques BIXI dans les rues de la métropole a eu un impact important sur l'offre de service de l'organisme cette année.

«La saison qui vient de se terminer a d’ailleurs été marquée par l’ajout de 1000 nouveaux BIXI électriques à la flotte, très populaires auprès de notre clientèle et utilisés 60% plus souvent que les vélos standards», a souligné par communiqué le président du conseil d'administration de BIXI Montréal, Alexandre Taillefer.

Disposant de trois vitesses, les vélos électriques de couleur bleue qui font partie de la flotte de BIXI affichent une vitesse maximale de 32 km/h, ce qui permet aux utilisateurs de parcourir une plus grande distance plus rapidement qu'avec les vélos traditionnels.

Rappelons qu'une première flotte de 160 BIXI électriques avait été mise en service par l'organisme en septembre 2019, avant les ajouts massifs de cette année.

Plus cher d'entretien

Les vélos électriques coûtent toutefois plus cher à entretenir.

La semaine dernière, le comité exécutif de la Ville de Montréal a approuvé l'octroi d'une somme supplémentaire de 404 763$ à BIXI pour l'année 2020 afin d’entretenir ses vélos à assistance électrique. Cette somme s'avère beaucoup plus élevée (422,95$) que pour l'entretien d’un vélo standard (168,46$).

Cette hausse des coûts porte l’entente signée entre la Ville et l’organisme en 2019 à 46,4 M$, plutôt qu'à 46 M$ sur 10 ans.

À l’automne 2020, le réseau BIXI comprenait un total 7270 vélos standards répartis dans plus de 610 stations sur le territoire montréalais, ainsi qu’à Westmount, à Montréal-Est, à Mont-Royal, à Longueuil et à Laval.

Écoutez la chronique de François Lambert à QUB radio: 

Les chiffres compilés par BIXI cette année montrent que les BIXI électriques sont particulièrement populaires.  

• En moyenne, les BIXI électriques ont été utilisés 60% plus souvent que les vélos standards quotidiennement (4,3 fois vs 2,7).

• Les utilisateurs des vélos électriques de BIXI ont parcouru une distance moyenne 70% plus élevée (4,2 km) que ceux en BIXI standard (2,7 km).

• La durée moyenne des déplacements en vélo électrique était plus longue (un peu plus de 19 minutes) que pour les vélos standards (15 minutes).