/world/pacificasia
Navigation

Coronavirus: le Japon en «alerte maximale» après un nombre record de cas

Coronavirus: le Japon en «alerte maximale» après un nombre record de cas
AFP

Coup d'oeil sur cet article

TOKYO | Le Japon est en «alerte maximale» après avoir recensé un nombre record d’infections quotidiennes au coronavirus, a déclaré jeudi (heure locale) le premier ministre Yoshihide Suga, sans toutefois prévoir de nouvelles mesures de restrictions dans l’immédiat. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

Plus de 2000 nouveaux cas positifs à la COVID-19 ont été enregistrés mercredi dans le pays, dont près de 500 à Tokyo, deux nouveaux records, selon des chiffres officiels.

Bien que relativement faibles comparés à d’autres pays, ces chiffres montrent une recrudescence brutale de la pandémie dans l’archipel nippon, où les tests ne sont pas pratiqués à grande échelle.

  • Écoutez le chroniqueur de politique internationale Loïc Tassé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

«Je considère que nous sommes à présent en situation d’alerte maximale», a déclaré le premier ministre à la presse jeudi matin.

«Je demande au peuple japonais de prendre systématiquement des mesures comme le port du masque», a dit M. Suga, en jugeant souhaitable d’y recourir même lors des conversations au restaurant.

Selon la chaîne de télévision publique NHK, le dirigeant japonais a convoqué des réunions d’experts jeudi et vendredi pour se pencher sur le nombre croissant d’infections avant que le gouvernement n’envisage de mesures supplémentaires.

Le premier ministre a déclaré qu’il soutiendrait les départements qui appelleraient les commerces à fermer plus tôt, et que des restrictions comme limiter les tablées à quatre personnes dans les restaurants devraient être envisagées.

La capitale japonaise devrait relever jeudi son niveau d’alerte à son échelon maximum, mais cela n’implique pas automatiquement de restrictions et les médias locaux jugent peu probable que les commerces soient appelés à restreindre leurs horaires d’ouverture.

Les diverses mesures adoptées au Japon depuis le début de la pandémie n’ont jamais revêtu un caractère obligatoire, faisant appel à la responsabilité de la population et à la pression sociale, y compris lors de l’état d’urgence au printemps.

Le pays a augmenté le nombre de tests qu’il pratique, mais celui reste relativement faible: seulement 5000 à 6000 personnes sont testées quotidiennement dans la capitale japonaise de quelque 14 millions d’habitants.

Depuis janvier, Le Japon a recensé au total 121 000 cas de coronavirus et un peu plus de 1900 décès.