/news/green
Navigation

Des citoyens forcent Sherbrooke à reculer sur un projet résidentiel

Coup d'oeil sur cet article

Une vingtaine de citoyens sont parvenus à forcer la Ville de Sherbrooke à reculer sur un projet résidentiel qui devait compter jusqu'à une cinquantaine d'habitations sur une terre à très forte valeur écologique.

• À lire aussi: Transport interrégional: pour une vision d’ensemble du territoire

Initialement, le projet domiciliaire prévu sur le chemin Réhaume devait compter 18 unités d'habitation, mais ce nombre avait augmenté au fil du temps.

Des citoyens inquiets ont donc saisi la Commission municipale du Québec afin qu'elle vérifie la validité du règlement adopté par les élus sherbrookois pour autoriser le projet.

La Commission a finalement donné raison aux citoyens en jugeant que la Ville a contrevenu à son propre schéma d'aménagement et de développement révisé.

Il s'agit d'un soulagement pour le groupe de citoyens. «C'est très énergisant! C'est une démarche citoyenne qui a démarré en équipe et cette victoire est certainement célébrée en équipe», a expliqué la porte-parole Amélie Hébert-Chaput.

Cette victoire a aussi été soulignée par la conseillère municipale et cheffe de Sherbrooke Citoyen, Évelyne Beaudin. «Je pense que le juge, dans ce cas-ci, a peut-être un peu fait la leçon aux services municipaux pour leur dire: "Vous avez pris des engagements pour la protection des milieux naturels. Quand vous inscrivez ça dans un schéma d'aménagement, ce n'est pas juste des paroles en l'air. C'est sérieux. Vous avez des responsabilités par rapport à ça"», estime-t-elle.

Cette victoire a toutefois un coût, les citoyens ayant dû débourser environ 2000$ en frais d'avocat pour affronter la Ville devant les tribunaux. Une campagne de sociofinancement a permis d'éponger cette somme.

«On a eu vraiment beaucoup de difficulté à arriver à nos fins, mais je dirais que la venue de Me François Marchand, notre avocat, a été un tournant dans le dossier pour nous», a souligné Amélie Hébert-Chaput.

La Ville et le promoteur du projet n'ont pas répondu aux demandes d'entrevues de TVA Nouvelles.