/news/society
Navigation

La présidente du PLC pour le Québec revient sur ses propos sur la loi 101

Coup d'oeil sur cet article

La directrice du Parti libéral du Canada pour le Québec, Chelsea Craig, revient sur ses propos après des commentaires écrits sur Twitter voulant que la loi 101 soit oppressive qui ont refait surface.

• À lire aussi: Conservateurs et néodémocrates veulent que la députée Lambropoulos perde son siège au comité permanent des langues officielles

«Je veux être claire: 1) le français recule au Québec et il faut le protéger 2) la loi 101 est importante 3) c’est important de pouvoir se faire servir en français au Québec incluant à Montréal», a-elle écrit mercredi après-midi sur le réseau social.

Des messages que la représentante du PLC aurait écrits en septembre critiquent vertement la loi 101 comme étant «oppressive» et ayant «ruiné l’éducation en anglais» au Québec. L’affaire a fait surface après que la chroniqueuse Sophie Durocher eut fait mention des commentaires de Mme Craig durant une intervention à Qub Radio.     

  • Écoutez la chronique de Sophie Durocher qui dénonçait les propos de la présidente du PLC au Québec ce matin:    

Les publications en question semblent depuis avoir été supprimées.

CAPTURE D'ÉCRAN

CAPTURE D'ÉCRAN

Quoi qu'il en soit, le PLC a tenu à prendre ses distances. «Le Parti libéral du Canada est le parti de Laurier, de la Charte, de la Loi sur les langues officielles, et le premier à reconnaître que le gouvernement fédéral a un rôle à jouer dans la protection du français au Québec», a déclaré le porte-parole Matteo Rossi.

Aux yeux du chef bloquiste Yves-François Blanchet, l’épisode met en lumière une hypocrisie des libéraux de Justin Trudeau face à leur volonté réelle de protéger la langue française.

  • À VOIR AUSSI : Le français recule au centre-ville de Montréal