/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Un urgentologue blâmé pour avoir porté un N95

Le CIUSSS lui aurait dit d’abaisser son niveau de protection

Coup d'oeil sur cet article

Un urgentologue de Saguenay affirme avoir été blâmé par la direction de son établissement pour avoir porté un masque N95 lorsqu’il soignait des patients atteints de la COVID-19.

Dominic Gagnon, qui pratique à l’hôpital de La Baie, a pris l’initiative de porter un masque N95 dans certaines situations cliniques pour diminuer les risques de contamination. Précisément, il a mis à quatre reprises un N95 dans les neuf derniers mois en présence de cas de COVID. 

Vendredi dernier, le médecin dit avoir été rencontré par visioconférence par des membres du CIUSSS de la région qui lui ont demandé d’abaisser son niveau de protection.

Ils lui auraient dit de ne pas trop utiliser le N95 en dehors des règles strictes d’intubation d’un patient.

L’établissement suit les directives de l’INSPQ qui recommande le port du N95 pour le personnel qui doit travailler de très près avec les patients dans des interventions médicales plus lourdes, comme l’intubation.

Le docteur affirme qu’on lui a dit qu’il recevrait dans les prochains jours une lettre de sanction disciplinaire.

Le D<sup>r</sup> Dominic Gagnon portait ici un masque N95 durant une journée de travail.
Photo tirée de la page Facebook de Dominic Gagnon
Le Dr Dominic Gagnon portait ici un masque N95 durant une journée de travail.

«Nous sommes pour la plupart des médecins et des intervenants en santé avec de l’expérience. Est-ce qu’on peut utiliser notre jugement clinique sans avoir peur de recevoir des sanctions?» a questionné l’homme, qui a déjà été candidat à la mairie de Saguenay.

Pour sa part, le CIUSSS a indiqué au Journal ne pas avoir d’information sur cet événement. «Le CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean s’assure que tous ses employés, médecins, bénévoles et stagiaires aient accès en tout temps aux équipements de protection individuelle, et ce, tant pour assurer leur sécurité que celle des usagers», a-t-on indiqué.

Vague de soutien

Le Dr Gagnon s’est tourné vers les réseaux sociaux mercredi matin pour faire part de son dilemme.

«Qu’est-ce que je fais? Je suis pris entre deux feux en ce moment. Les règles de santé ont évolué quelques fois pour le mieux. Elles sont perfectibles ces règles-là. Est-ce que je dois les suivre à la lettre au risque de me contaminer?» a indiqué Dominic Gagnon qui désire lancer une discussion avec son histoire.

Le docteur a reçu une vague de soutien sous sa publication Facebook, qu’il a ensuite retirée en après-midi. 

«Je peux te le dire tout de suite, avec les commentaires que je reçois, fort probablement que je vais utiliser mon jugement. Si jamais je vois un patient dément atteint de la COVID-19 qui arrache son masque, ils ont beau dire ce qu’ils veulent. Le N95, je vais le mettre pareil» a-t-il tranché.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.