/news/green
Navigation

Carboneutralité d'ici 2050: le Canada n’a pas de plan pour cesser de polluer

Le fédéral présente un projet de loi sans cibles de réduction des émissions

Le premier ministre Justin Trudeau n’a pu expliquer jeudi pourquoi le projet de loi C-12 ne comporte aucun objectif.
Photo AFP Le premier ministre Justin Trudeau n’a pu expliquer jeudi pourquoi le projet de loi C-12 ne comporte aucun objectif.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le gouvernement Trudeau a déposé jeudi un projet de loi qui prétend vouloir mener le Canada à la carboneutralité d’ici 2050, mais qui ne comporte ni plan pour y parvenir, ni cibles claires de réduction des émissions, ni mécanisme de sanction en cas d’échec.

« C’est un écran de fumée », a immédiatement critiqué la cheffe du Parti vert, Annamie Paul, qui a prévenu que les Verts voteraient contre ce projet de loi.

« Nous ne pouvons pas appuyer une législation qui a l’air d’un plan, mais qui n’en est pas un du tout. Ce projet de loi laisse entendre qu’on agit alors qu’on n’agit pas du tout », a cinglé Mme Paul sans cacher sa vive déception.

Aucune cible identifiée

Le projet de loi C-12 prévoit que le ministre de l’Environnement établisse des cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) pour 2030, 2040 et 2045 en vue d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050.

Aucune de ces cibles n’est dictée dans le texte proposé. Celui-ci prévoit plutôt la création d’un « organisme consultatif » composé d’experts qui conseilleront le ministre afin qu’il fixe les cibles.

Déjà en voie de rater les objectifs de réduction des émissions qu’il s’est fixés pour 2020 et 2025, le gouvernement Trudeau propose avec C-12 de ne s’obliger à rien de plus dans l’immédiat. Il propose plutôt un projet de loi qui vise les gouvernements suivants.

Le premier ministre Trudeau a refusé d’expliquer pourquoi C-12 ne comportait aucune cible ou obligation d’en atteindre avant une décennie. Il s’est contenté de répéter « nous dépasserons notre cible de 2030 », sans préciser quel serait cet objectif ni comment il serait atteint.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Pas de sanction

C-12 ne prévoit pas non plus de mécanisme de contrainte qui forcerait l’atteinte des cibles fixées. En vertu de ce texte, le gouvernement devrait seulement faire rapport des échecs et s’en expliquer en chambre.

Le Commissariat à l’environnement devrait quant à lui examiner les mesures prises au moins une fois tous les cinq ans et, encore une fois, écrire des rapports.

« La sanction viendra de l’électorat », a répliqué Justin Trudeau en tentant de repousser l’attention vers le Parti conservateur, qu’il estime avoir battu parce que son plan environnemental est plus solide.

Le projet de loi prévoit par ailleurs que Finances Canada publie un rapport annuel sur les risques financiers liés aux changements climatiques pour les activités de l’État.

Mardi, le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a appelé à une action climatique urgente sans quoi la capacité de la banque à soutenir les ménages et les entreprises pourrait être compromise, de même que la stabilité du système financier.

Être carboneutre c’est quoi ? 

En promettant d’atteindre la carboneutralité, le gouvernement ne propose pas que le Canada cesse de polluer ou d’émettre des GES d’ici 2050.

Être carboneutre signifie plutôt que le CO2 et les autres GES continuent d’être produits, mais sont compensés par des actions en nombre suffisant pour obtenir un « bilan » de zéro.

Par exemple, afin de compenser les émissions, on peut planter des arbres, améliorer le transport en commun ou acheter des crédits de carbone.