/world/pacificasia
Navigation

Des canards gonflables, symboles des manifestations pro-démocratie en Thaïlande

Des canards gonflables, symboles des manifestations pro-démocratie en Thaïlande
AFP

Coup d'oeil sur cet article

De nombreux canards jaunes gonfables pour piscine sont devenus les symboles des manifestations pro-démocratie en Thaïlande, se retrouvant cette semaine au coeur d’une foule de milliers de manifestants. 

Des milliers de manifestants pro-démocratie ont de nouveau défié les autorités mercredi dans le centre de Bangkok au lendemain d’affrontements avec les forces de l’ordre et des ultra-royalistes au cours desquels six manifestants ont été blessés par balles.

Des vidéos de la « Révolution des canards en caoutchouc » sont devenues virales sur les réseaux sociaux. 

Des canards gonflables, symboles des manifestations pro-démocratie en Thaïlande
AFP

« Si les politiques sont bonnes, les canards resteront dans leur piscine », a lancé un fan sur Twitter.

« Et voici l’arme fatale des manifestants: un canard gonflable! », a relevé un autre sur facebook. 

« Le canard est un dur à cuire: quoi qu’on lui fasse il sourit toujours! », a tweeté un troisième sous une photo montrant un canard malmené et légèrement dégonflé.

Des canards gonflables, symboles des manifestations pro-démocratie en Thaïlande
AFP

Le mouvement, dans la rue depuis l’été, demande la démission du Premier ministre Prayut Chan-O-Cha issu d’un coup d’État en 2014 et une réécriture de la Constitution, jugée trop favorable à l’armée. 

Il réclame surtout l’abolition de la loi de lèse-majesté, un contrôle sur la fortune royale et la non ingérence du souverain dans les affaires politiques.

Le mouvement pro-démocratie assure vouloir moderniser la monarchie, mais en aucun cas ne souhaiter l’abolir.

Des canards gonflables, symboles des manifestations pro-démocratie en Thaïlande
AFP

Monté sur le trône en 2016 au décès de son père, le roi Bhumibol, Maha Vajiralongkorn est une personnalité controversée.

En quelques années, il a renforcé ses pouvoirs en prenant notamment directement le contrôle de la fortune royale. Ses fréquents séjours en Europe, alors que le pays est en pleine récession depuis la pandémie de coronavirus, ont aussi soulevé des interrogations. 

Depuis plusieurs semaines, Maha Vajiralongkorn n’a pas quitté le royaume, allant jusqu’à déclarer son « amour » pour tous les Thaïlandais.

Le premier ministre appelle à la police à la fermeté face aux manifestants

Le premier ministre thaïlandais Prayut Chan-o-cha a demandé jeudi aux forces de sécurité d’agir sans concession pour réprimer le mouvement pro-démocratie, alors que des ONG ont dénoncé l’usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes contre les manifestants.

Des canards gonflables, symboles des manifestations pro-démocratie en Thaïlande
AFP

M. Prayut, qui s’est emparé du pouvoir lors d’un coup d’État en 2014, et dont les protestataires demandent la démission, a averti ces derniers que la loi serait appliquée dans toute sa rigueur.

« La situation n’est toujours pas résolue dans la bonne direction, et risque vraisemblablement de devenir encore plus conflictuelle, conduisant à plus de violence », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Si on laisse faire, a-t-il affirmé, « cela peut causer des dommages à la nation et à l’institution la plus aimée », a-t-il ajouté, évoquant la monarchie.

Des affrontements mardi devant le parlement entre manifestants, forces de l’ordre et ultra-royalistes ont marqué une escalade de la violence, avec six manifestants blessés par balles.

Mercredi, 20 000 manifestants, selon une estimation de l’AFP, ont de nouveau défié les autorités dans le centre de Bangkok.

M. Prayut a ajouté que les instances gouvernementales et celles chargées de la sécurité devaient faire appliquer tous les aspects de la loi.