/opinion/columnists
Navigation

La deuxième mort de Bourassa

Coup d'oeil sur cet article

Le mauvais spectacle de la contestation de la loi 21 nous rappelle l’importance capitale de cette loi, pourtant trop timide, et le fait que ses détracteurs s’attaquent, en réalité, au Québec tel que Robert Bourassa le concevait : distinct.

Depuis deux semaines se déroule le téléroman indigeste du « braillorama » à la Cour supérieure contre la loi 21 sur la laïcité de l’État. Les apôtres de la destruction de ladite loi veulent imposer leur conception étroitement Canadian du droit.

  • Écoutez Gilles Proulx sur QUB radio:

Vous savez déjà que cette loi ne porte aucunement préjudice à qui que ce soit puisque chacun est libre au Québec de retirer son colifichet religieux au moment d’exercer son office impartial comme enseignant, comme policier ou comme juge. Ton « signe », tu l’enlèves avant et tu le remets après, c’est tout.

Marshall McLuhan

Invité à défendre la loi 21, le professeur à la retraite de l’Université de Sherbrooke Georges-Auguste Legault a rappelé que si une figure d’autorité exerçant le pouvoir de l’État s’affiche avec un symbole d’affiliation religieuse, cela peut semer le doute quant à son impartialité... évidemment !

Voilà qui rappelle la thèse de l’influent penseur des réalités médiatiques Marshall McLuhan, qui affirmait que le médium, c’est le message. Nos enseignants, nos policiers, nos juges n’ont pas à servir de « panneaux-réclames » pour la religion X ou la secte Y. Depuis la Révolution tranquille, on croyait que ça allait de soi.

Fédéralisme

L’ancien ministre fédéraliste nationaliste Benoît Pelletier est venu rappeler que le Québec a le droit, en tant que société distincte, de gérer de manière distincte sa « diversité ». Robert Bourassa aimait à dire qu’au sein du Canada, le Québec jouissait déjà de puissants leviers pour se réaliser sans avoir à faire l’indépendance.

C’est ce Québec distinct, avec sa conception de la laïcité distincte de celle du Canada, que l’on essaie de lyncher devant le tribunal en ce moment... comme si on voulait faire mourir Bourassa une deuxième fois !