/misc
Navigation

Le PLC revient de très loin

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Trudeau ne pourra pas dire qu’Emmanuella Lambropoulos est un cas isolé.

On sait maintenant que l’indifférence affichée de la députée montréalaise pour le fait français est partagée par nulle autre que la directrice de l’aile québécoise du Parti libéral du Canada, Chelsea Craig.  

Et les deux libérales sont sans doute loin d’être les seules à en penser autant au sein de leur famille politique.

Mme Craig juge la loi 101 « oppressive », a-t-elle écrit dans un « tweet » plus tôt cet automne. 

Le message, déterré par ma collègue Sophie Durocher, a depuis été supprimé, et Mme Craig s’est rétractée, hier. 

Il ne faut pas s’étonner que de telles idées circulent au sein du PLC. 

Le parti revient de très loin. Il y a près de 40 ans, Pierre Elliott Trudeau avait qualifié la loi 101 de « rétrograde » lors de son adoption par le gouvernement Lévesque. 

Le parti revient de si loin qu’on s’émeut presque de la profession de foi faite hier par Justin Trudeau envers la charte québécoise de la langue française. 

« Nous reconnaissons que, pour que le Canada soit bilingue, le Québec doit d’abord et avant tout être francophone, a-t-il répondu aux Communes, devant un Yves-François Blanchet stupéfait. C’est pour cela que nous appuyons la loi 101 dans ce qu’elle fait pour le Québec. » 

Silence 

Il n’en reste pas moins que le mutisme des libéraux fédéraux du Québec, à l’exception de Mélanie Joly, laisse perplexe. 

Où sont-ils pour remettre leur collègue Lambropoulos à sa place ? 

Les partis d’opposition demandent l’éjection de la députée de Saint-Laurent du comité des langues officielles, où elle siège. 

Justin Trudeau aurait pu démontrer qu’il tient à ses principes en prenant les devants et en dégommant sa députée. La reconnaissance que le français recule au Québec et que le fédéral a un rôle à jouer pour en faire la promotion est une idée toute neuve au PLC. 

Neuve, mais aussi fragile. Et elle a besoin d’être nourrie. 

On constate qu’un sérieux travail d’éducation doit être fait au sein même de la famille libérale.