/news/education
Navigation

Congé scolaire prolongé: les parents refusent que l'apprentissage soit sacrifié

60 % des parents réclament l’enseignement à distance si le congé scolaire est prolongé

Coup d'oeil sur cet article

Les parents refusent que l’apprentissage des enfants soit sacrifié pour les festivités du temps des Fêtes. Ils demandent que les cours puissent se poursuivre à distance si le congé scolaire est prolongé.

• À lire aussi: Le taux d’échec explose au secondaire

• À lire aussi: Congé scolaire allongé: les élèves en zone jaune et orange injustement pénalisés

• À lire aussi: L’éducation est-elle la priorité au Québec?

Ce scénario envisagé par le gouvernement Legault pour éviter une flambée des cas après les rassemblements familiaux de Noël et du jour de l’An divise les Québécois qui ont des enfants d’âge scolaire.

Si 44 % sont favorables au congé scolaire allongé, 38 % y sont opposés, révèle un sondage éclair réalisé cette semaine par la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) auprès de ses membres.   

  • Écoutez l'entrevue de Pierre Nantel avec Kévin Roy, président de la Fédération des comités de parents du Québec, sur QUB radio:    

Mais la vaste majorité des parents s’entendent sur l’importance pour les jeunes de poursuivre leur apprentissage et d’éviter de perdre de précieuses journées de cours, si le congé des Fêtes est prolongé.

Pas moins de 60 % des pères et des mères réclament de l’enseignement à distance pour leurs enfants durant les journées de classes qui seraient autrement perdues.

Pour d'autres, l’année scolaire devrait être prolongée (13%) ou les heures devraient être reprises durant la semaine de relâche (3,5%) pour éviter la perte d'apprentissage.

Seulement 13 % des répondants au sondage jugent que les journées perdues ne devraient pas être reprises d’une manière ou d’une autre.

François Legault a avancé mardi que le congé des Fêtes pourrait être prolongé d’une semaine ou deux. Le premier ministre a précisé qu’il s’agirait de véritables vacances pour les élèves et les profs et qu’il n’y aurait pas de cours à distance. Les détails seront dévoilés aujourd’hui.

La tourtière d’abord

Le président de la FCPQ ne s’en cache pas, la fermeture des écoles n’est pas une bonne nouvelle, notamment pour les élèves vulnérables.

Kévin Roy estime que le gouvernement de la CAQ a choisi la voie de la « facilité » en optant pour cette voie. « C’est comme si c’était la tourtière qui passait avant la réussite scolaire », déplore-t-il, en entrevue.

Il rappelle le retard que certains enfants ont accumulé depuis le printemps dernier, accentué par les fermetures de classes en raison d’éclosions. 

Le droit à l’éducation

« Prendre une décision de fermer les écoles deux semaines de temps, de couper cet accès-là à nos enfants à l’éducation, ça ne peut pas se prendre à la légère comme ça, ça ne peut pas être aussi simple que ça », insiste-t-il.

Et c’est au nom de ce droit des jeunes Québécois à l’éducation qu’il prie le gouvernement d’entendre le message livré par les parents.

Le Québec n’est pas le seul à jongler avec l’idée de fermer les établissements scolaires pour freiner la seconde vague de l’épidémie.

La Ville de New York vient d’annoncer que toutes ses écoles publiques devront fermer leurs portes à compter d’aujourd’hui en raison de la hausse des cas de COVID-19.     

  • Écoutez la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec, sur QUB radio:    

Les résultats du sondage  

Êtes-vous favorable à une prolongation du congé des Fêtes afin de ralentir la progression de la COVID-19 ?

Oui : 43,9 %

Non : 37,8 %

Indécis : 18,3 %

Advenant une prolongation du congé des Fêtes, que devrait-il advenir des journées de classe ainsi perdues ?  

  • Il faudrait faire de l’enseignement à distance pendant la prolongation : 59,8 %  
  • L’année scolaire devrait être prolongée pour permettre de les reprendre : 13,4 %  
  • Les journées ne devraient pas être reprises (journées perdues) : 13,4 %  
  • Les journées devraient être reprises lors de la semaine de relâche : 3,5 %   

Méthodologie

Le sondage web a été envoyé aux comités de parents membres de la FCPQ à compter de lundi et jusqu’à ce matin 7 h. Les résultats présentés ici sont préliminaires, mais 45 comités de parents sur 60 répartis à travers le Québec avaient déjà répondu au sondage au moment de publier ce texte.