/world/middleeast
Navigation

L'Irak souhaite une présence militaire américaine continue sur son territoire

 L'Irak souhaite une présence militaire américaine continue sur son territoire
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Malgré la réduction de la présence militaire des États-Unis en Irak, Bagdad souhaite le maintien continu de forces américaines afin de lutter contre le groupe État islamique, a indiqué jeudi le chef du commandement militaire américain au Moyen-Orient. 

La présence continue de l'armée américaine en Irak a permis de limiter avec succès les activités de l'Iran et du groupe État islamique (EI), a assuré le général Kenneth McKenzie lors d'une conférence en ligne du comité national sur les relations américano-arabes.

L'armée iranienne a récemment réduit ses attaques en espérant que le gouvernement irakien « nous demande de quitter l'Irak », a précisé le haut responsable.

Bagdad a toutefois « clairement signifié sa volonté de conserver son partenariat avec les États-Unis et la coalition militaire internationale pour continuer notre combat contre les derniers éléments de l'EI », a-t-il ajouté. 

Le groupe État islamique compte encore quelque 10 000 fidèles dans la région de l'Irak et de la Syrie, et demeure une menace réelle, d'après Kenneth McKenzie. 

« Les progrès des forces irakiennes ont permis aux États-Unis la réduction de leurs effectifs en Irak », mais il s'agit pour Washington et ses alliés d'empêcher par leur présence que le groupe EI ne se reforme et soit à même de fomenter d'importantes attaques, a-t-il expliqué.

Pour le général, la présence militaire américaine a aussi dissuadé l'Iran de continuer ses attaques dans le Golfe. 

« Je pense que l'Iran a été en grande partie découragé parce que le régime comprend maintenant que nous possédons les capacités et la volonté de contre-attaquer », a-t-il affirmé. 

Concrétisant une promesse de Donald Trump, Washington a annoncé mardi réduire le nombre de soldats américains en Irak et en Afghanistan, pour ne laisser que 2500 militaires dans chaque pays d'ici la mi-janvier 2021.