/sports/hockey/canadien
Navigation

Marc Bergevin croit que la saison débutera en janvier

Marc Bergevin croit que la saison débutera en janvier
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Marc Bergevin croit que la prochaine saison s’amorcera comme prévu en janvier, malgré toute l’incertitude qui règne actuellement aux quatre coins de l’Amérique du Nord en raison de la pandémie de COVID-19.

Son souhait est d'ailleurs celui d’un peu tout le monde dans la Ligue nationale de hockey (LNH).

«Geoff Molson espère que la saison recommencera le plus tôt possible, l’Association des joueurs aussi. On attend une entente entre la LNH et l'AJLNH [Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey]. Je suis encore positif pour un début de saison au début de janvier. Tant et aussi longtemps qu’on ne m’annoncera pas le contraire, c’est ma prévision pour la saison qui approche», a affirmé le directeur général du Canadien de Montréal en entrevue à TVA Sports jeudi.

En raison des restrictions frontalières toujours en vigueur, tout indique que les sept équipes canadiennes formeront une section distincte. Bergevin espère que Montréal accueillera des matchs de cette éventuelle division.

«Ce serait intéressant pour nous, puisque les joueurs seraient dans un environnement familier. Mais de ce que j’entends dans la ligue, ce ne serait pas une seule ville-bulle, mais plusieurs. Montréal pourrait en être une. Ce serait bon pour nous. Ça va dépendre des règles gouvernementales. On verra si on peut avoir des partisans ou pas.»

Le calibre de cette nouvelle division serait, selon lui, très relevé. «Je suis prêt à dire que la division canadienne va être un peu plus difficile que l’Atlantique», a lancé Bergevin.

«Ça va être un monde complètement différent. Contre les équipes de l’Ouest, ce ne sont jamais des matchs faciles. Le fait d’avoir juste des clubs canadiens va monter l’intensité d’une coche. Je pense que les partisans vont regarder ça de plus près.»

Pas d’avancées dans les négociations avec Phillip Danault 

Il y a eu des discussions entre Phillip Danault et le Canadien de Montréal au mois de septembre, mais les négociations sont revenues au point mort.

C’est ce qu’a indiqué le directeur général du CH, Marc Bergevin, lors d’un entretien avec Jean-Charles Lajoie, jeudi, à TVA Sports.

«On a eu des discussions en septembre et ça ne s’est pas déroulé comme le voulaient les deux parties, alors on a mis ça sur la glace en attendant, a expliqué Bergevin. Je n’exclus pas qu’éventuellement, on retourne à la table de négociations.»

Danault écoulera la dernière année de son contrat lors de la saison 2020-2021. Il pourra ensuite accéder à l’autonomie complète. L’émergence des jeunes joueurs de centre Jesperi Kotkaniemi et Nick Suzuki, lors des dernières séries éliminatoires, a jeté un doute sur son avenir au sein de l’équipe. Il faut toutefois considérer que Bergevin est attaché à l’attaquant québécois depuis belle lurette.

Caufield: plus de peur que de mal

Par ailleurs, le DG du Tricolore s'est fait rassurant au sujet de l'état de santé de Cole Caufield.

L’attaquant des Badgers du Wisconsin a été durement frappé par un joueur du Fighting Irish de Notre Dame le 14 novembre dernier.

«J’ai vu la mise en échec, mais je crois qu’il va être capable de jouer jeudi [ce soir contre les Wolverines du Michigan], a fait savoir Bergevin. Aux dernières nouvelles, il ne devrait pas y avoir de problème.»

Si la mise en échec était douteuse aux yeux de certains, Caufield a affirmé qu’elle était tout à fait légale.

«Je ne suis pas convaincu que le comité de George Parros [aurait laissé ça passer], mais dans les rangs collégiaux, parfois, c’est un peu différent, a observé Bergevin. Le kid est prêt, il s’est levé. Je pense qu’il veut montrer qu’il est tough.»

La ECHL suivie de près

Toutes les équipes de la section Nord de la ECHL (East Coast Hockey League) ont déclaré forfait en vue de la prochaine saison, ce qui complique un peu la tâche du CH. C’est essentiellement vers ces formations que l’organisation montréalaise se tournait pour prêter ses joueurs de la Ligue américaine en surplus.

Le gardien Michael McNiven, par exemple, pourrait en souffrir. Mais Bergevin est au courant de la situation. Il a déjà commencé à chercher une solution.

«Ce sont des choses qu’on regarde de près. C’est plus difficile d’envoyer les joueurs en Europe, parce que les équipes là-bas ont droit à un nombre limité de patineurs étrangers. Pour la ECHL, on a eu des pourparlers avec Jacksonville et Wheeling pour y envoyer des joueurs. On est aux aguets.»