/news/education
Navigation

«Quelques mois» avant de rattraper le retard scolaire

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a confiance que les élèves rattraperont leur retard scolaire d’ici « quelques mois » et se montre ouvert à faire de nouveaux ajustements au bulletin, réclamés par les directions d’école.

• À lire aussi: Éducation en temps de pandémie: le taux d’échec explose au secondaire

• À lire aussi: Congé scolaire prolongé: les parents refusent que l'apprentissage soit sacrifié

Le Journal rapportait jeudi que le taux d’échec dans des écoles secondaires est de trois à cinq fois plus élevé cet automne, comparé à pareille date l’an passé, selon des directions d’écoles publiques et privées.

Le ministre Roberge a bon espoir que les élèves remonteront la pente au cours des prochains mois. « On est en train de rattraper tranquillement les retards et de donner de l’aide à ceux qui en ont besoin. Ça va prendre encore quelques mois, on n’est pas rendu à destination, mais je suis confiant », a-t-il affirmé au Journal.

Davantage de ressources

M. Roberge a même ouvert la porte à l’idée d’offrir davantage de ressources aux élèves qui en auront besoin. « S’il y a des besoins supplémentaires, on va répondre présent », a-t-il affirmé.

Le ministre s’est par ailleurs montré ouvert à modifier à nouveau le bulletin, s’il le faut. Le premier bulletin, qui est maintenant prévu à la fin janvier, comptera cette année pour 50 %.

Les directions réclament une diminution de cette pondération afin de donner plus de chances aux élèves en échec de sauver leur année scolaire.

« Si on doit faire d’autres changements, on les fera », a affirmé M. Roberge.

Soupir de soulagement

Plusieurs acteurs du réseau scolaire ont par ailleurs poussé un soupir de soulagement, jeudi, à la suite de l’annonce du scénario retenu par Québec pour Noël, qui prévoit de l’enseignement à distance plutôt qu’un congé prolongé afin de réduire les risques de propagation du virus.

« On est rassuré, notre appel a été entendu », a lancé Kévin Roy, président de la Fédération des comités de parents du Québec.

Même son de cloche dans les rangs des syndicats d’enseignants et des directions d’école, qui se disent aussi « soulagés ».

« Maintenant, on va essayer de se préparer pour que les choses se fassent le plus correctement possible », a affirmé Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement.

De son côté, le ministre Roberge a affirmé que les écoles secondaires seront en mesure de fournir du matériel informatique à tous les élèves qui en auront besoin pour l’enseignement à distance au retour des Fêtes.