/world/usa
Navigation

Au moment du retrait des troupes, dernier coup de fouet de Pompeo aux négociations afghanes

Coup d'oeil sur cet article

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo doit rencontrer samedi au Qatar des négociateurs des talibans et du gouvernement afghan, dont les pourparlers montrent de premiers signes d’avancées, au moment où Donald Trump accélère le retrait des troupes américaines d’Afghanistan malgré la violence persistante. 

Une série de fortes explosions ont secoué samedi le centre de Kaboul, y compris plusieurs ayant retenti de manière rapprochée, ont rapporté des journalistes de l’AFP.

« Vers 8 h 40 ce matin, les terroristes ont tiré 23 roquettes sur la ville de Kaboul », a déclaré le porte-parole du ministre de l’Interieur Tariq Arian, précisant qu’au moins « huit personnes ont été tuées et 31 autres blessées ».

Les explosions se sont produites dans des zones densément peuplées de la capitale afghane. Aucune revendication n’a pour l’heure été émise, mais des responsables du gouvernement afghan ont accusé les talibans.

Dans ce contexte toujours tendu, les services de Mike Pompeo ont annoncé qu’il tiendrait des réunions séparément à Doha, la capitale de l’émirat où il a assisté le 29 février à la signature d’un accord historique entre les États-Unis et les talibans pour mettre fin à la plus longue intervention militaire américaine de l’histoire, et où se déroulent les négociations de paix interafghanes.

Mike Pompeo doit également rencontrer l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, ainsi que le ministre des Affaires étrangères, lors de cette étape à Doha, base diplomatique des insurgés afghans.

Le ministre de Donald Trump, qui arrivera d’Abou Dhabi, termine ce week-end dans le Golfe une tournée dans sept pays d’Europe et du Moyen-Orient alors que le président sortant, tout en refusant de reconnaître la victoire du démocrate Joe Biden à l’élection du 3 novembre, accélère ses priorités de fin de mandat.

Plus tôt dans la semaine, le Pentagone a ainsi annoncé le retrait de quelque 2 000 soldats supplémentaires d’Afghanistan d’ici le 15 janvier: cinq jours avant la prise de fonctions du président élu Biden, il n’en restera plus que 2 500.

Le calendrier établi dans un accord entre Washington et les talibans prévoit un départ complet des troupes mi-2021, mais sur la base de conditions que plusieurs observateurs ne jugent pas remplies à ce stade.

Donald Trump a promis à plusieurs reprises de mettre fin aux « guerres sans fin » des États-Unis, notamment en Afghanistan où l’armée américaine est intervenue après les attentats du 11 septembre 2001.

Les alliés européens de Washington, mais aussi certains ténors républicains, ont exprimé leur préoccupation face à ce retrait que beaucoup jugent prématuré.

Joe Biden, sur un rare terrain d’entente avec Donald Trump, souhaite également mettre fin à la guerre en Afghanistan, même si les modalités du retrait peuvent varier entre les deux hommes.

Signe d’une possible continuité sur ce dossier délicat, plusieurs voix appellent d’ailleurs le démocrate à garder en fonctions le négociateur américain Zalmay Khalilzad une fois à la Maison-Blanche.

Négociations depuis mi-septembre

Les insurgés ont engagé depuis mi-septembre leurs premières négociations directes avec le gouvernement de Kaboul, mais ces discussions ont presque immédiatement capoté en raison de désaccords.

Après deux mois sans réelles avancées, plusieurs sources ont déclaré à l’AFP vendredi que les deux parties semblaient avoir résolu un point-clé de mésentente sur les règles des négociations.

Elles se sont ouvertes après l’accord entre les talibans et Washington, les États-Unis acceptant de retirer leurs troupes en échange de garanties sur la sécurité et sur le début de pourparlers.

Mais les violences ont augmenté dans tout le pays, les rebelles multipliant les attaques quotidiennes contre les forces de sécurité afghanes.

Le retrait d’une partie des troupes d’ici le 15 janvier a été critiqué par les habitants de Kaboul qui craignent que cela n’encourage les talibans à déclencher une nouvelle vague de combats.

Les civils afghans sont depuis longtemps les principales victimes du conflit.

Les autorités de Kaboul craignent également que les talibans ne durcissent leurs positions dans les négociations, où sont en jeu des sujets-clés comme les droits des femmes.