/sports/football
Navigation

Félix Faubert-Lussier utilise ses bras à bon escient

Coup d'oeil sur cet article

Félix Faubert-Lussier a mis ses habiletés manuelles à contribution en se lançant dans l’immobilier pendant cette saison passée loin des terrains de football.

• À lire aussi: Que font nos joueurs québécois?

Le demi inséré des Alouettes a acheté un quadruplex à Rosemont dont il a rénové l’intérieur de A à Z. Il habite un des appartements.

« J’ai toujours aimé les travaux manuels et j’avais l’habitude d’en faire, souligne Faubert-Lussier pour expliquer sa décision. C’est valorisant de voir la progression. Tu prends des photos quand tu arrives, et ça change beaucoup à ton départ. Après un gros rush, tu peux relaxer en regardant le produit fini. Les travaux manuels m’ont permis de garder la forme parce que je n’ai pas accès à de gros poids pour m’entraîner.

« Parce que les entrepreneurs ne travaillaient pas pendant le confinement, j’ai fait plus de travaux par moi-même, d’ajouter Faubert-Lussier. C’est une bonne chose parce que j’ai pu apprendre. Je suis maintenant capable de juger le travail des autres. J’ai aussi réalisé que c’était très possible d’aller chercher mes cartes de la construction. Ça pourrait être une option. »

L’immobilier

Si la construction lui plaît, Faubert-Lussier aime aussi l’immobilier.

« C’est plate la COVID-19, mais ça crée des opportunités, souligne-t-il. Avec l’annulation de la saison, je n’avais pas le choix de me réinventer. Je magasinais pour acheter un chalet et j’ai trouvé cette opportunité sur le marché. Je tente de tirer mon épingle du jeu et me servir de ce premier achat comme d’un tremplin. J’ai eu la piqûre assez pour continuer dans l’immobilier. Ça va dépendre du marché, mais je vais sauter dessus si une opportunité se présente. Je dois mettre de la bouffe sur la table. À 30 ans, je ne veux pas attendre après la LCF. Je peux faire les deux .»

Habitant dans le quartier où il a grandi et à 10 minutes du Collège Jean-Eudes, où il a défendu les couleurs des Aigles pendant cinq ans, Faubert-Lussier a aussi donné un coup de main à sa mère.

« Ayant perdu son emploi dans le domaine événementiel, ma mère a servi d’exemple pour la famille en achetant un immeuble de cinq logements sur le Plateau, souligne-t-il. Je l’ai aidée dans ses travaux. On se tient occupé. »