/weekend
Navigation

Un rendez-vous attendu

Coup d'oeil sur cet article

Douze ans après la publication du livre Appelle-moi par ton nom, l’écrivain américain André Aciman continue à nous expliquer pourquoi l’amour n’a pas d’âge. 

Tel qu’on peut le lire en gros sur la page de couverture, Trouve-moi est la suite du best-seller international Appelle-moi par ton nom, dont l’adaptation cinématographique a obtenu un nombre impressionnant de distinctions. C’est donc dire à quel point les attentes étaient hautes, certains lecteurs rêvant depuis déjà plus de dix ans de retrouver Elio et Oliver afin de savoir ce qu’ils sont devenus, de savoir si, par-delà le temps et les frontières, ils ont pu retomber dans les bras l’un de l’autre. 

<strong><em>Trouve-moi</em><br>André Aciman</strong><br>aux Éditions Grasset<br>320 pages
Photo courtoisie
Trouve-moi
André Aciman

aux Éditions Grasset
320 pages

Mais pour ça, il faudra encore attendre un peu, car cette suite ne s’ouvre pas sur Elio et Oliver. C’est le père d’Elio qui aura cet honneur, et ce, bien des années après l’été au cours duquel son fils, qui n’était alors qu’un adolescent, a découvert l’amour avec un grand A.  

En quatre parties

Invité à donner une conférence à Rome, ce père, donc, fera une étonnante rencontre dans le train : Miranda, une femme à la verve facile avec laquelle il souhaitera bientôt passer tout son temps même si elle est nettement plus jeune que lui. 

La seconde partie, consacrée à Elio, se déroule à Paris. Où on assistera à une autre rencontre étonnante, cette fois lors d’un concert de musique de chambre. Mais ici, point de jeune femme. Ce sera plutôt un avocat aux cheveux blancs qui se glissera dans l’intrigue... On escamote la troisième partie, consacrée à Oliver, pour passer directement à la quatrième. Car oui, elle nous permet enfin de côtoyer Elio et Oliver en même temps et, surtout, de voir ce qu’il reste de leurs amours. 

Une suite joliment écrite, mais qui ne trouvera pas forcément grâce aux yeux de tout le monde.  

À lire aussi cette semaine 

Les ombres de la toile

<strong>Chris Brookmyre</strong><br>aux Éditions Métailié<br>544 pages
Photo courtoisie
Chris Brookmyre
aux Éditions Métailié
544 pages

Si on a aimé la série Millénium, on risque fort d’adorer ce technothriller. Il faut juste s’accrocher, car la mise en place est un peu longue. Mais une fois entré dans le vif du sujet, on ne souhaitera plus qu’une seule chose : savoir comment Samantha, une jeune pirate informatique de 19 ans dont la mère est en prison, et Jack Parlabane, un journaliste d’investigation sur le retour, vont parvenir à s’en tirer. Captivant.  

Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla

<strong>Jean-Christophe Rufin</strong><br>aux Éditions Folio<br>384 pages
Photo courtoisie
Jean-Christophe Rufin
aux Éditions Folio
384 pages

En 1958, soit quelques années seulement après la mort de Staline, quatre jeunes Français décideront de traverser l’Union soviétique dans l’espoir d’en rapporter plein de photoreportages. L’un d’eux, Edgar, ne pouvait certes pas s’attendre à en ramener aussi la femme de sa vie ! Mais avec Ludmilla, rien ne sera simple. À commencer par leur histoire d’amour, que l’auteur de L’Abyssin se fera le plaisir de raconter !  

Les mathématiques – Les grands concepts expliqués

<strong>Collectif</strong><br>aux Éditions Marcel Didier<br>352 pages
Photo courtoisie
Collectif
aux Éditions Marcel Didier
352 pages

Qu’on ait ou non la bosse des mathématiques, ce livre vaut le détour. Parce qu’il explique une foule de concepts (les équations du second degré, les calculs de pi, la suite de Fibonacci, le nombre d’or, les nombres premiers, le ruban de Möbius, le système binaire, les fractales, etc.), mais aussi parce qu’il le fait de façon simple. Si simple qu’il est réellement à la portée de tous. 

En 7 façons

<strong>Jamie Oliver</strong><br>aux Éditions Hachette<br>320 pages
Photo courtoisie
Jamie Oliver
aux Éditions Hachette
320 pages

Ce livre est tout simplement génial : après avoir sélectionné 18 aliments revenant souvent dans nos assiettes (comme le brocoli, le poulet, les filets de saumon, les pommes de terre, les œufs, la viande hachée, les poivrons ou les crevettes), le chef cuisinier britannique Jamie Oliver propose pour chacun d’eux sept recettes faciles à faire et très différentes les unes des autres. Bref, un ouvrage dont on ne pourra bientôt plus se passer !

Frissons garantis 

Simples déductions

<strong>Lee Child</strong><br>Éditions Calmann-Lévy<br>450 pages
Photo courtoisie
Lee Child
Éditions Calmann-Lévy
450 pages

Que sait-on exactement de Jack Reacher ? Oui, qu’il est très grand, qu’il boit énormément de café, qu’il a été major dans la police militaire de l’armée des États-Unis, qu’il n’a pas de domicile fixe, qu’il est capable d’envoyer six personnes au tapis en quelques secondes et qu’il est hyper doué pour conduire à peu près n’importe quelle enquête. Mais à part ça ?

Voilà donc tout l’intérêt de ce nouveau livre de Lee Child : grâce aux 12 nouvelles qui le composent, on apprend enfin plein de choses sur le passé de ce célèbre héros. 

Retour en arrière

Dès la deuxième nouvelle, par exemple, on croisera un Jack Reacher de 13 ans. Son père, qui est capitaine du corps des Marines américains, a été envoyé sur l’île d’Okinawa et là comme ailleurs, Jack et son frère Joe ne seront pas particulièrement bien accueillis par les gars du coin. Mais ce que ces gars ne savent pas encore, c’est que Jack n’a jamais été du genre à se laisser intimider longtemps... Un peu plus loin, on le retrouvera à l’âge de 17 ans et déjà, rien ne l’empêchera de voler à la rescousse d’une jeune et jolie jeune femme.  

Tel qu’on le disait, il n’y a pas mieux que ce recueil de nouvelles pour retracer la genèse de Jack Reacher !