/news/currentevents
Navigation

Abattage de cerfs à Longueuil: l’avocate Anne-France Goldwater menace d’aller en cour pour stopper l’opération

Coup d'oeil sur cet article

L’avocate Anne-France Goldwater menace d’aller en cour contre la Ville de Longueuil et le gouvernement du Québec afin de stopper l’opération d’abattage d’une quinzaine de cerfs débutée lundi au parc Michel-Chartrand.

• À lire aussi: La Ville de Longueuil jugée seule responsable de l’abattage des cerfs

Lors d’une conférence de presse virtuelle tenue sur la page de Sauvetage Animal Rescue, l’entreprise qui a organisé l’opposition au plan d’abattage, Me Goldwater a ouvert la porte à une requête en révision judiciaire doublée d’une injonction interlocutoire pour stopper l’opération dans l’espoir qu’une autre solution soit trouvée.    

  • Écoutez l'entrevue de Me Anne-France Goldwater au micro de Sophie Durocher sur QUB radio:    

Si elle n’a pas donné d’«ultimatum» à Longueuil, elle a déclaré qu’elle pourrait lancer les procédures dès mardi.

Cependant, la bouillonnante avocate préconise d’abord et avant tout une discussion de bonne foi avec la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, et les conseillers de la ville.

Me Goldwater a toutefois reconnu qu’une requête a peu de chances de réussir. «Loin de là», a-t-elle spécifié. L’option choisie par Longueuil de piéger les cerfs et de les tuer à l’aide d’une technique visant à limiter la douleur est légale, mais immorale, selon elle.

«Si on doit aller en cour, on ira en cour, mais je ne comprends pas pourquoi on ne peut pas aller de l’avant avec une solution sensée entre adultes», a-t-elle questionné, disant qu’elle a reçu d’innombrables demandes du public pour soutenir l’opposition à l’abattage des cerfs.

«Chaque fois qu’une calèche tombe dans le Vieux-Montréal à 3 heures du matin, c’est moi qu’on appelle», a-t-elle expliqué lorsqu’on lui a demandé pourquoi elle a pris à cœur la cause des cerfs, qui a soulevé l’ire d’une partie de la population.

Elle a par ailleurs demandé aux gens d’arrêter de s’en prendre à Mme Parent et aux conseillers, car selon elle, la balle se trouve plutôt dans le camp du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), qui a délivré le permis d’abattage et mis de côté les autres options.

Anne-France Goldwater a déploré que le public n’ait pas été consulté avant que ne soit amorcé le processus d'euthanasie.

Jeudi dernier, Sauvetage Animal Rescue a déposé un plan à la Ville de Longueuil détaillant différentes pistes de solution pour gérer le problème de surpopulation des cerfs dans le parc Michel-Chartrand. Ces derniers nuisent à l’écosystème en mangeant la végétation.

Le scénario mis de l’avant par l’entreprise suggère un transport sécuritaire et sans frais des cerfs vers différents cheptels à travers la province. Le tout serait effectué par un ensemble de bénévoles qui ont pris la cause des cerfs de Longueuil à cœur.