/sports/football
Navigation

Les Ravens dans le pétrin

FBN-SPO-TENNESSEE-TITANS-V-BALTIMORE-RAVENS
Photo AFP Lamar Jackson n’a complété que 58,6% de ses passes. Il a lancé pour plus de 250 verges une seule fois cet automne.

Coup d'oeil sur cet article

Non seulement les Ravens peuvent oublier le premier rang de leur division, mais voilà qu’ils ne représentent même plus une valeur sûre pour une place en séries. La puissante machine qu’ils formaient la saison dernière s’étiole de semaine en semaine.

La défaite de 30-24 aux mains des Titans en prolongation est lourde de conséquences. Avec un dossier de 6-4, voilà que les Ravens glissent au troisième rang de la division Nord de la conférence américaine. Les Browns sont en effet passés devant eux en vertu de leur victoire face aux Eagles.

À l’issue de la sortie expéditive des Ravens lors des dernières séries, aux mains de ces mêmes Titans, quelques éléments à corriger sautaient aux yeux. Près d’un an plus tard, force est de constater que les Ravens ont agi pour corriger ces lacunes, mais que les résultats ne suivent pas pour autant.

Difficile contre la course

En janvier dernier, le porteur extraordinaire des Titans, Derrick Henry, avait jugulé les Ravens à l’aide d’une récolte de 195 verges au sol. Il a récidivé hier avec 133 verges.

Ce problème ne survient évidemment pas seulement contre les Titans. Il s’agit de la cinquième fois cet automne que les Ravens concèdent plus de 130 verges par la course dans un match. Trois de leurs quatre revers ont été encaissés dans ces circonstances.

Pourtant, les Ravens espéraient avoir solidifié leur front avec les acquisitions de Calais Campbell (blessé en ce moment) et Derek Wolfe. Ils ont aussi repêché les secondeurs recrues Patrick Queen et Malik Harrison. Queen connaît une bonne saison, mais la défensive se fait encore traverser par le jeu au sol.

À l’attaque, s’il n’y a jamais eu le moindre doute sur la capacité des Ravens de courir avec le ballon, il fallait améliorer l’efficacité par la passe tout en diversifiant le jeu aérien. Des 186 verges de gains par Lamar Jackson face aux Titans, seulement 70 ont été gagnées par des ailiers espacés.

Cette saison, il n’y a pas le moindre receveur des Ravens qui montre une moyenne de verges par réception supérieure à 14. La menace verticale manque cruellement à leur attaque.

Le coordonnateur offensif Greg Roman, qui a été magistral avec Lamar Jackson en 2019, semble figé dans le temps, incapable de s’ajuster maintenant que son quart-arrière ne brûle pas la ligue.

Avances perdues

La saison dernière, s’il y avait une certitude avec cette équipe, c’est que lorsqu’elle se dotait d’une avance tôt dans un match, il était pratiquement impossible pour l’adversaire de remonter la pente.

Hier, pourtant, les Ravens ont gaspillé une avance de 21-10 au troisième quart. C’est d’ailleurs la deuxième fois cette saison qu’une équipe comble un déficit de 10 points ou plus à leurs dépens.

Les événements ont déboulé dans cette rencontre quand Jackson a lancé une horrible interception en tentant une bombe contestée vers Devin Duvernay. Un geste presque désespéré, qui est pourtant survenu sur une situation de premier essai où rien ne pressait et lorsque les Ravens étaient en plein contrôle.

Par la suite, la défensive a perdu la bataille physique contre les costauds Titans. Elle a très mal paru sur le touché du receveur AJ Brown, qui a brisé plusieurs plaqués trop mous. Ça, justement, ce n’est absolument pas caractéristique du type de football que jouent les Ravens, année après année.

Les Titans ont eu le mérite de s’accrocher, de ne jamais abandonner le jeu au sol et de gagner la bataille des tranchées. Ils se sont remis de brillante façon de leur défaite face aux Colts. N’empêche que les Ravens sont de toute évidence capables de mieux et qu’ils doivent maintenant sauver leur saison.  

Gagnants 

Les Browns

Leur victoire face aux Eagles, encore une fois obtenue dans des conditions climatiques misérables, porte leur fiche à 7-3 pour la première fois depuis 1989. Cette année-là, ils avaient ensuite atteint la finale de conférence.

Le rideau de fer

Les Steelers sont toujours invaincus avec un dossier de 10-0 et la défensive a encore brillé. Minkah Fitzpatrick et Terrell Edmunds ont chacun réussi deux interceptions. Les Steelers ne se font plus avoir par les plus faibles comme par le passé.

Taysom Hill

À son premier départ, Hill a montré qu’il pouvait être un quart-arrière efficace, lui qui a souvent été utilisé comme joueur « gadget » dans les dernières années. Il a complété 18 de ses 23 passes pour 233 verges, avec deux touchés au sol.

Justin Simmons

Le maraudeur a été le sauveur pour les Broncos avec l’interception qui a scellé la victoire en toute fin de match. Un excellent joueur qui reçoit trop peu d’amour.

Les Colts

Dans une rencontre où la défensive a connu quelques ennuis, elle a tout de même provoqué quatre revirements et l’attaque a pris le relais. Solide victoire d’équipe contre un club solide ! 

Perdants 

Les Bengals

C’était prévisible qu’à force de se faire estropier chaque semaine, Joe Burrow finirait par se blesser sérieusement. Les Bengals n’ont jamais protégé leur joyau et en paient le prix aujourd’hui. Totalement désolant !

Les Lions

Les Lions ont joué de manière atroce et été déclassés par une équipe de 3-7 qui était privée de son quart-arrière partant. Plus que jamais, ça sent la fin pour l’entraîneur-chef Matt Patricia. Son équipe ne joue pas pour lui.

Les Patriots

Déjà, la troupe de Bill Belichick a encaissé une sixième défaite cette saison. Il s’agit d’une première en 11 ans. Dans les 20 dernières années, il s’agit seulement d’une troisième saison de six défaites pour les Patriots. L’espoir des séries s’amenuise.

Carson Wentz

Pas facile de jouer dans la pluie, mais on ne va quand même pas servir une autre excuse à Carson Wentz ! Il a lancé deux autres interceptions et les Eagles s’enlisent. Les cris pour qu’il cède sa place à Jalen Hurts ne feront qu’empirer.

Les Dolphins

Leur défaite face aux Broncos pourrait leur faire mal dans la course aux séries. Si le tournoi de janvier débutait aujourd’hui, ils en seraient exclus.

5 Jeux de la semaine  

1. PAUVRE BURROW!

FBN-SPO-TENNESSEE-TITANS-V-BALTIMORE-RAVENS
Photo AFP

Tout amateur de football le moindrement sensible a été dégoûté de voir la blessure au genou de Joe Burrow. Le jeune quart-arrière recrue des Bengals a subi un double contact au moment où il décochait sa passe et la jambe a encaissé le choc. Il a été rapidement escorté hors du terrain par véhicule motorisé et il a plus tard écrit sur son compte Twitter qu’on le reverrait l’an prochain. Il connaissait une superbe saison recrue. C’est à lever le cœur... 


2. HUNT S’ENVOLE

FBN-SPO-TENNESSEE-TITANS-V-BALTIMORE-RAVENS
Photo AFP

Après une spectaculaire course de 54 verges de Nick Chubb, c’est Kareem Hunt qui a complété le boulot pour les Browns. Le porteur de ballon n’a eu qu’à franchir cinq verges pour le touché, mais celui-ci est survenu quand il s’est offert une véritable envolée, mettant le pied au passage sur son rival Jalen Mills afin de s’en servir comme tremplin. Un jeu saisissant et le tandem de porteurs des Browns est impitoyable. 


3. LE CLOU FINAL

FBN-SPO-TENNESSEE-TITANS-V-BALTIMORE-RAVENS
Photo AFP

Encore une fois, Derrick Henry a brillé au bon moment dans la victoire importante des Titans face aux Ravens. Pour la deuxième fois cette saison, c’est le roi des porteurs qui a inscrit le touché victorieux en prolongation. Henry a franchi la ligne de mêlée, changé de direction et explosé jusque dans la zone des buts sur 29 verges. Il a terminé la rencontre avec 133 verges au sol et 4,8 verges par portée. 


4. ET DE 10 !

FBN-SPO-TENNESSEE-TITANS-V-BALTIMORE-RAVENS
Photo AFP

Au deuxième quart, le receveur recrue Chase Claypool a poursuivi sur son élan en captant une passe de 31 verges de Ben Roethlisberger dans la zone des buts. Il s’agit déjà d’un dixième touché pour la sensation canadienne. Il est d’ailleurs devenu le quatrième joueur à franchir ce plateau à son 10e match en carrière et le premier depuis Bill Groman, en 1960. Claypool épate avec un taux d’un touché à toutes les 4,75 réceptions. 


5. 2 BELLES ADDITIONS

FBN-SPO-TENNESSEE-TITANS-V-BALTIMORE-RAVENS
Photo AFP

Les Colts ont remporté un duel complètement fou face aux Packers et il aura fallu un jeu énorme de deux belles additions de la dernière saison morte pour porter le coup final. En prolongation, les Packers progressaient sur le terrain quand Marquez Valdes-Scantling a capté une passe. Le maraudeur recrue Julian Blackmon lui a fait perdre le ballon et c’est le plaqueur DeForest Buckner, que les Colts ont obtenu par voie de transaction, qui a recouvert. Quelques instants plus tard, le placement victorieux avait lieu.