/opinion/blogs/columnists
Navigation

Noël: si le fun que ça?

Coup d'oeil sur cet article

Du 24 au 27 décembre, la Santé publique permettra aux Québécoises et aux Québécois de se rassembler en groupes de 10 personnes pour célébrer Noël, malgré le virus qui, lui, ne prendra pas de vacances.

J’ai 24 ans et ça fait 24 ans que j’entends les adultes de mon entourage chialer à propos du temps des Fêtes.

Cartes de crédit surchargées, ruées dans les magasins, désir de cuisiner une meilleure dinde que l’année passée, gestion des lendemains de veille, course de famille en famille sans prendre le temps de respirer, surcroît de fatigue, gestion de la garde partagée, et j’en passe. J’ai même déjà entendu des gens dire qu’ils avaient hâte de retourner au travail pour commencer leurs « vraies » vacances. 

Cette année, avec la pandémie, toutes ces obligations ont été remplacées par une seule : tout faire pour se protéger du virus, et par conséquent vivre le temps des Fêtes autrement.

En profiter pour réinventer

À ces personnes déçues par les mesures annoncées jeudi passé en vue des vacances des Fêtes, pouvez-vous me dire ce qui va vous manquer tant que ça ?

Cette année, on ne se fera pas emporter par ce tourbillon qui est loin d’être un cadeau. 

Les enfants ne seront pas obligés de se faire pincer les joues par la parenté éloignée. Les jeunes milléniaux n’auront pas besoin de défendre leurs idéaux devant une vingtaine de mononcles en boisson. Qui sait ? Le fait d’être en nombre réduit évitera peut-être des chicanes de famille qui pourraient avoir des conséquences à long terme sur l’harmonie familiale.

On peut y voir là une opportunité pour inventer de nouvelles façons de témoigner notre amour aux personnes importantes de notre vie.

En ce qui concerne le 31 décembre au soir, non, on ne pourra pas défoncer l’année bien entourés, mais on pourra la commencer en célébrant notre chance de pouvoir la vivre. 


♦ Madeleine Pilote-Côté est diplômée de l’École nationale de l’humour. Elle a remporté notre compétition « Les novices », visant à faire connaître à nos lecteurs de nouveaux chroniqueurs d’opinions.