/news/coronavirus
Navigation

«Messe» du dimanche remplie de complotistes à Montréal

Les organisateurs pourraient recevoir des amendes allant jusqu’à 1500 $

Des participants à la cérémonie du pasteur Carlos Norbal (encerclé en rouge), dimanche dernier. On peut y voir notamment des figures du mouvement complotiste, Alexis Cossette-Trudel (bleu), André Pitre (jaune) et l’ex-policier Maxime Ouimet (vert).
Photo tirée de Facebook Des participants à la cérémonie du pasteur Carlos Norbal (encerclé en rouge), dimanche dernier. On peut y voir notamment des figures du mouvement complotiste, Alexis Cossette-Trudel (bleu), André Pitre (jaune) et l’ex-policier Maxime Ouimet (vert).

Coup d'oeil sur cet article

Des citoyens du quartier Saint-Michel s’inquiètent de voir des centaines de fidèles se réunir dans une « église », où un pasteur incite ouvertement à ignorer les mesures sanitaires.

Plusieurs dizaines de personnes agglutinées sur le trottoir, poignées de mains et accolades ; tout ça se passe sous les yeux de voisins peu rassurés par ces comportements qui ont lieu les dimanches à l’église Nouvelle Création, située dans un bâtiment commercial de la 19e Avenue, à Montréal. 

  • Écoutez le chroniqueur Alain Pronkin avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

 

Il y a deux jours, une célébration a rassemblé environ 200 personnes.

« Je n’ai pas aimé ça. Ça m’a même stressée, a confié une résidente du secteur. Nous, on fait attention. On va s’empêcher de voir des gens dans le temps des Fêtes, et eux, ils pensent juste à eux. C’est désolant. »

D’autres citoyens ont aussi rapporté au Journal être inquiets de la situation.  

Le pasteur Carlos Norbal ne se cache pas d’avoir invité des figures du mouvement complotiste comme Alexis Cossette-Trudel, André Pitre et l’ex-policier Maxime Ouimet. On peut d’ailleurs les voir côte à côte sur une photo publiée sur Facebook.

« Nous ne sommes pas en train de prêcher la rébellion [...], mais la liberté face aux autorités », a dit le pasteur lors de sa cérémonie diffusée sur YouTube. 

« Pseudo-pandémie »

Il affirme également à ses fidèles qu’il s’agit d’une « pseudo-pandémie », d’un virus réel, mais « pas plus dangereux qu’une grippe ».

M. Norbal, qui a refusé notre demande d’entrevue, va jusqu’à réciter, telle une prière, des passages de la Charte canadienne des droits et libertés dans un discours.

Il s’appuie sur la liberté de conscience et de religion pour justifier le droit de se rassembler. Or, si une règle de droit – le décret ministériel dans ce cas-ci – est raisonnable, elle peut restreindre les droits et libertés, explique le professeur en droit constitutionnel à l’Université d’Ottawa Benoit Pelletier.

« Est-ce que c’est raisonnable ? Si la réponse est oui, on permet alors au décret ministériel de limiter et de restreindre des droits. On peut conclure qu’étant donné l’urgence sanitaire, le décret serait confirmé par les tribunaux », dit-il.

Le contexte d’une pandémie rend très difficile de contester la raisonnabilité, appuie le professeur en droits et libertés à l’Université Laval Louis-Philippe Lampron.

Des contraventions

Un participant à la célébration s’est targué sur Facebook de l’inaction de la police de Montréal, présente sur les lieux dimanche, mais qui n’est pas intervenue.

Ses compagnons et lui pourraient cependant avoir de petites surprises, car des rapports d’infraction générale seront soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales, a confirmé la police. 

Ils pourraient recevoir des constats allant jusqu’à 1500 $ chacun.

Une situation similaire est survenue le week-end dernier à Rosemère, où au moins 18 constats seront remis à des membres d’un regroupement antimasque qui ont dansé dans un centre commercial.


Pas plus de 25 personnes ne sont permises à l’intérieur des lieux cultes en zone rouge.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres