/entertainment/tv
Navigation

Rapprochements en hausse à l’écran

Les séries retiennent de plus en plus les services de véritables couples d’acteurs

Rapprochements en hausse à l’écran
Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Pour montrer des rapprochements à l’écran sans enfreindre les règles sanitaires, les séries québécoises recrutent de plus en plus de vrais couples d’acteurs. Cette stratégie a beau alourdir la tâche côté casting, elle donne des résultats probants en créant l’illusion d’un monde sans pandémie.

District 31 a été l’une des premières séries à adopter cette façon de procéder. Alors qu’en septembre, l’écart de deux mètres entre chaque personnage était plutôt apparent, aujourd’hui, il semble avoir fondu. On observe non seulement des étreintes, mais des baisers.

Certains téléspectateurs l’ont remarqué dans l’épisode du 29 octobre, quand Florence (Catherine Proulx-Lemay) est allée secourir son amie, prise en otage par son ex-copain. Les comédiens qui incarnaient ces ex-conjoints en déroute étaient Steve Gagnon et Claudiane Ruelland, qui forment un véritable couple loin des projecteurs.

Karine Gonthier-Hyndman et Guillaume Girard dans Entre deux draps.
Photo courtoisie
Karine Gonthier-Hyndman et Guillaume Girard dans Entre deux draps.

Le bal s’est poursuivi quelques jours plus tard avec Marc Beaupré et Catherine Larochelle, embauchés pour interpréter deux célibataires qui s’envoient en l’air. Et plus récemment, l’histoire d’une fille qui retrouve sa mère naturelle était portée par Anouk Simard et Ariane-Li Simard-Côté, un vrai tandem d’actrices mère-fille.

L’Échappée emploie également cette technique. Les seules démonstrations de tendresse observées proviennent d’Isabelle Blais et de Pierre-Luc Brillant, en couple depuis 2012. 

  •  Écoutez la chronique culturelle d’Anaïs Guertain-Lacroix à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio:   

Bénédicte Décary et François Papineau dans Entre deux draps.
Photo courtoisie
Bénédicte Décary et François Papineau dans Entre deux draps.

Tendance forte

La cote de popularité des couples d’acteurs professionnels monte en flèche cet automne, confirme Lucie Robitaille, la directrice de casting de District 31, qui s’occupe également de plusieurs autres films et séries. Au début, les demandes étaient plutôt rares, mais aujourd’hui, elles sont fréquentes. Non seulement pour des amoureux, mais pour des comédiens issus d’une même famille ou d’une même « bulle ».

« Ça s’est fait progressivement, souligne Mme Robitaille. Plus on avance, plus on raffine les techniques... On continue de trouver de nouvelles façons de travailler. »

Cette nouvelle réalité complique toutefois le travail de Lucie Robitaille. « Ça demande beaucoup de réflexion. On doit appeler les agences, demander quels couples d’acteurs sont libres, etc. C’est plus long. Et c’est une gestion d’horaire beaucoup plus complexe qu’en temps normal. »

Marc Beaupré et Catherine Larochelle dans District 31.
Photo courtoisie
Marc Beaupré et Catherine Larochelle dans District 31.

Rapprochements à venir

Les rapprochements se multiplieront cet hiver. Non seulement parce que Sébastien Diaz et Bianca Gervais se donneront la réplique (et probablement plus) dans Les pays d’en haut, mais parce que Noovo diffusera Entre deux draps, une nouvelle comédie à sketches qui brosse le quotidien de quatre couples et deux colocs.

Pour pouvoir tourner la série sans dénaturer le scénario original, la boîte de production KOTV a engagé des duos de comédiens qui habitent déjà ensemble, comme Karine Gonthier-Hyndman et Guillaume Girard, François Papineau et Bénédicte Décary, et Pier-Luc Funk et Virginie Ranger-Beauregard.

« Ça crée des enjeux de casting, c’est certain, déclare la productrice déléguée Geneviève Babin. Au début, on voyait ça comme une montagne, mais finalement, ça s’est bien passé. On a été chanceux. »

« La règle, c’est qu’ils partagent la même adresse, poursuit-elle. On n’aurait pas été capable de tourner sans restrictions avec deux acteurs en couple, mais qui n’habitent pas ensemble. »

Engager de réels amoureux ne permet pas seulement de tourner plus librement en période de COVID-19, précise Geneviève Babin.

« La chimie opère tout de suite, signale-t-elle. On sent immédiatement la complicité. Ça crée une super bonne ambiance en tournage. »