/news/society
Navigation

Une guignolée des médias différente, mais encore plus importante

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le mois d’avril, l’affluence est grande dans les banques alimentaires de la province et l’aube de la période des Fêtes, tout indique que l’achalandage ne s’estompera pas. C’est pourquoi la guignolée des médias sera encore plus importante cette année.

«À Montréal, on a donné 35 % à 40 % plus de kilogrammes de nourriture qu’à pareille période l’année passée», a expliqué Richard D. Daneau, directeur général de Moisson Montréal.

La situation s’explique notamment par la présence d’une nouvelle clientèle. En effet, bon nombre des personnes qui ont fait appel à une banque alimentaire cette année le faisaient pour une première fois.

«C’est important de se serrer les coudes, c’est une drôle de période la période des Fêtes, a lancé M. Daneau. Si on peut aider à ce que toutes les personnes qui sont aux prises avec l’insécurité alimentaire passent un Noël un petit moins triste et le ventre plein, je pense qu’on fait ce qu’on doit faire comme citoyen.»

C’est, entre autres, la raison pour laquelle la guignolée des médias sera encore plus importante cette année. Comme bien d’autres choses, la pandémie forcera les organisateurs à se réinventer.

Pour limiter les risques de propagation du virus, c’est essentiellement en ligne ou dans des points de service que se fera la 20e édition de la collecte de fonds et de denrées.

«On n’aura pas la traditionnelle collecte de denrées dans les rues, donc on invite les gens à aller donner sur le site de guignolée ou à donner 10 $ par texto», a indiqué Richard D. Nadeau.

Il est possible de contribuer à la guignolée des médias jusqu’au 24 décembre, dans les pharmacies Jean Coutu, les épiceries Maxi et Provigo et les bureaux des courtiers immobiliers Via Capitale. Il est possible d’offrir de l’argent, des denrées non périssables et des produits d’hygiène personnelle.