/finance/business
Navigation

Des bornes électriques «made in USA» subventionnées par Ottawa

Le fédéral injecte 5 millions $ pour le déploiement d’un nouveau réseau au Québec

Jour de la terre Canada
Photo courtoisie Une centaine de bornes rapides seront installées d’ici l’automne 2021 aux abords de supermarchés IGA au Québec et au Nouveau-Brunswick.

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu’on martèle l’importance d’acheter des produits d’ici, Ottawa injectera 5 M$ dans le déploiement d’un nouveau réseau de bornes de recharge pour les véhicules électriques au Québec et au Nouveau-Brunswick provenant d’un fournisseur... américain.

Hier, l’organisation Jour de la Terre Canada, qui sera responsable de ce réseau, a annoncé la création du programme RechargÉco, qui consiste à installer, dans une première phase, 100 bornes de recharge rapides de niveau 3 dans une cinquantaine de parcs de stationnement de supermarchés IGA.  

Le logo du gouvernement du Canada sera en évidence sur les bornes fabriquées aux États-Unis.
Photo courtoisie
Le logo du gouvernement du Canada sera en évidence sur les bornes fabriquées aux États-Unis.

Pour appuyer ce projet, dont la facture totale est estimée à «14,75 milllions $», le ministère des Ressources naturelles du Canada a octroyé une «subvention» de 5 millions de dollars à l’organisme de bienfaisance Jour de la Terre Canada.   

Les Marchands IGA participeront aussi financièrement à cette aventure avec un investissement de 1,25 million de dollars. Le Fonds Éco IGA, qui est codirigé par Jour de la Terre Canada, fera également un chèque de 500 000 dollars.   

Le reste des sommes, soit 8 millions de dollars, proviendra des coffres du Jour de la Terre Canada et d’investisseurs privés, comme des fonds d’investissement, des fonds de pension ou des banques, a indiqué dans une entrevue avec Le Journal Pierre Lussier, président du Jour de la Terre Canada.  

L’objectif est que ce réseau, dont les bornes de recharge seront livrées par l’entreprise californienne ChargePoint et fabriquées aux États-Unis par la compagnie Leviton, dit M. Lussier, soit en activité d’ici l’automne 2021. 

Impossible de l’exiger ?

Le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, était notamment présent à la conférence de presse virtuelle, hier. Il n’a pas été possible d’avoir une entrevue avec lui en après-midi. 

Le ministère des Ressources naturelles a indiqué pour sa part ne pas pouvoir exiger d’une organisation de prioriser un fournisseur d’ici en raison de ses accords de libre-échange avec les autres pays. 

Du côté du géant de l’alimentation Sobeys (IGA), qui «est le premier partenaire à accueillir les bornes de RechargÉco», la direction a préféré ne pas commenter le choix du fournisseur, précisant qu’il s’agit «d’un projet du Jour de la Terre Canada qui avait des critères de sélection».    

  • Écoutez la chronique économique de Yves Daoust, directeur de la section Argent du Journal de Montréal et du Journal de Québec, à Qub radio:

Rappelons qu’on retrouve au Québec l’un des principaux fournisseurs de bornes de recharge au Canada, soit AddÉnergie, qui possède son réseau FLO en plus d’être fournisseur de produits pour le Circuit électrique d’Hydro-Québec et le Réseau branché au Nouveau-Brunswick.   

Cogner à toutes les portes

Le président du Jour de la Terre Canada, dont le siège social est à Montréal, assure avoir cogné à la porte de tous les fabricants et distributeurs de bornes de recharge au Canada avant de prendre sa décision. Il dit avoir choisi ChargePoint pour sa technologie et le coût par installation électrique.  

Au Québec, l’approvisionnement en électricité se fera avec Hydro-Québec, note M. Lussier. 

Pour les fournisseurs, «tout le monde a été invité à soumissionner», assure-t-il. 

«Nous avions deux critères, on voulait quelque chose de résilient à la désuétude, donc qui est encore pertinent dans cinq ans. Et l’autre critère était la performance de la recharge», poursuit-il.  

Mardi, AddÉnergie a préféré ne pas émettre de commentaire à savoir s’il y a eu des discussions avec Jour de la Terre Canada. La direction a plutôt salué le développement de cette nouvelle infrastructure de recharge.   

«Puisque les bornes des marchands IGA feront partie du réseau ChargePoint avec qui nous avons conclu une entente d’interopérabilité, ce sont des bornes auxquelles les membres de notre réseau FLO auront aussi accès», a souligné le porte-parole, Sylvain Bouffard.   

Jour de la Terre Canada a pour mission «d’accompagner les gens et les institutions à diminuer leurs impacts sur l’environnement». L'ex-chef du NPD Thomas Mulcair est le président du conseil d’administration. 

En soirée, M. Mulcair a mentionné au Journal que son organisation n’écartait pas la possibilité de faire des affaires avec un fournisseur québécois dans une autre phase du programme RechargÉco.