/opinion/faitesladifference
Navigation

La travailleuse sociale: une alliée inestimable pour une meilleure santé mentale

Coup d'oeil sur cet article

Avec la deuxième vague de la COVID-19 qui déferle sur notre territoire, la détresse psychologique et sociale est omniprésente au sein de notre population. Pour répondre à la situation, nos leaders politiques et des professionnels de la santé, appuyés par les médias, recommandent l’accès universel à la psychothérapie dans un délai raisonnable. Sans réfuter les particularités et bienfaits des services psychologiques, nous pourrions croire que ce n’est pas la seule réponse qui puisse soulager la détresse psychologique et sociale des citoyens en période de COVID.  

Comme travailleuse sociale, je comprends que la pandémie soulève une crise sociale qui peut générer des problèmes de santé mentale. Le virus bouleverse les habitudes et conditions de vie qui sont des points de repère chez les individus. Il a des impacts sur leur santé, leur travail, leur milieu de vie, leur situation financière et, surtout, sur leurs relations interpersonnelles. En générant l’isolement et l’exclusion sociale, la pandémie affecte ce qu’il y a de plus précieux chez l’être humain: le besoin d’être en relation. C’est pourquoi il serait pertinent d’accroître les interventions psychosociales qui misent sur l’expertise des travailleuses sociales qui peuvent être consultées dans le réseau de la santé, mais également en pratique privée. 

Plusieurs rôles

Les représentations que nous avons du travail social sont souvent incomplètes et sous-estimées. Certaines croyances populaires considèrent que les travailleuses sociales sont utiles au placement des enfants et des personnes âgées. Or, elles assument des rôles bien plus qu’utilitaires. Les travailleuses sociales sont médiatrices dans des situations de conflit. Elles mobilisent les ressources pour la mise en place de services, puis elles travaillent en partenariat avec d’autres professionnels de la santé et des organismes communautaires. Elles soutiennent les personnes dans la recherche de solutions, les aident au développement de moyens et de stratégies d’adaptation, puis encouragent la mobilisation de leurs ressources et compétences. Parfois, elles assument des rôles inhabituels; ma collègue, par exemple, a fait des recherches pour trouver une gardienne pour le chat de sa cliente hospitalisée. Elle tenait compte du fait que cet animal était la raison de vivre de sa cliente. 

Les travailleuses sociales interviennent dans le contexte des maux sociaux qui contribuent à la détresse psychologique et sociale. Elles travaillent AVEC les individus pour les aider à reprendre du pouvoir sur leur vie, en luttant contre l’isolement social, la précarité financière et matérielle, la violence, les injustices sociales et l’autostigmatisation qui contribue à ternir leur estime de soi. 

Par leurs interventions, les travailleuses sociales ont leur place dans le domaine de la santé mentale. Car, au-delà des diagnostics, des traitements et des délais d’attente que vivent les gens aux prises avec des vulnérabilités qui affectent leur santé mentale, la vie continue et elle est déterminante. Les travailleuses sociales sont des intervenantes du réel et de la vie quotidienne. Elles assurent le mieux-être et le rétablissement des personnes souffrantes en misant sur leurs liens sociaux. 

Maria Di Martino, travailleuse sociale

Montréal

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?