/news/politics
Navigation

Décès de Marc-André Bédard: «Toute sa vie a été donnée aux Québécois», dit son fils

Coup d'oeil sur cet article

Au lendemain du décès de Marc-André Bédard, son fils Stéphane a rendu hommage non seulement à un monstre politique, mais aussi à l’homme humble et fier du Québec qu'était son père.

• À lire aussi: Hommage national pour Marc-André Bédard

• À lire aussi: La COVID-19 emporte un pilier de la politique québécoise

Depuis 24 heures, les témoignages pour rendre hommage à Marc-André Bédard pleuvent. Décrit comme un homme humble et près des siens, l’ex-ministre péquiste était fier d’être québécois et ne manquait jamais une occasion de faire la promotion de son territoire, se souvient Stéphane Bédard.

«Toute sa vie a été exemplaire et elle a été donnée aux Québécois», dit-il.

«Il était près de chacun. Que ce soit un premier ministre ou un citoyen dans la rue qui avait des besoins, il avait la même attention. Il avait le même respect, la même écoute, la même recherche de l’échange égal à égal», poursuit son fils.

Fils de cultivateurs qui a grandi dans un milieu modeste, Marc-André Bédard reconnaissait la chance qu’il avait eue d’avoir accès à des études supérieures et se faisait un devoir de redonner aux autres.

«Il est devenu avocat, mais il a compris que, peu importe les talents qu’on a, c’est la société qui te permet d’avancer et de prendre ces occasions, alors toute sa vie, il a voulu redonner, dit Stéphane Bédard. D’abord à sa famille, ses frères et sœurs qui n’avaient pas eu la même chance que lui, ensuite à ses concitoyens, particulièrement dans la région.»

«Cet engagement pour le Québec, pour l’indépendance, mais aussi pour l’implication sociale et communautaire, Marc-André l’a incarné jusqu’à son dernier souffle.»

Emporté rapidement

Le décès de Marc-André Bédard des suites de complications liées à la COVID-19 doit servir d’avertissement, à un mois des Fêtes, contre les dangers du virus.

«On l’a fait entrer à l’hôpital mardi matin après avoir eu la confirmation du diagnostic lundi soir. Mardi matin, il allait bien, puis mardi après-midi, ça s’est mis à se compliquer. Je lui ai parlé à 19h30 et il commençait à avoir le souffle court. C’est la dernière fois que je lui ai parlé», raconte Stéphane Bédard.

La famille Bédard tient d’ailleurs à souligner le dévouement du personnel médical auprès de son père, mais aussi auprès de tous les patients atteints de la COVID-19.

«Je demande aux gens de doubler de prudence et de faire attention à leurs proches, implore Stéphane Bédard. Faites attention à ceux ou celles que vous aimez.»

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.